• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 195 454 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Le rapt d’Anouar Benmalek


Auteur: Anouar Benmalek

Titre: Le rapt

Edition : Sédia éditions. 10/2009  (523pages)

Quatrième de couverture: « Follement épris de sa femme. Aziz n’en est pas moins un homme détaché et caustique. Seul moyen qu’il ait trouvé pour se préserver des tensions et des violences qui agitent l’Algérie. Mais lorsque sa fille de quatorze ans est enlevée, il comprend que l’ironie ne lui sera plus d’aucun secours. Entré en contact avec la famille, un étrange ravisseur menace sa victime des pires atrocités si la police est prévenue. De toute façon, qui aurait envie de s’en remettre aux autorités algériennes ? Aziz ne peut compter que sur lui-même. Et sur Mathieu, le beau-père de sa Femme. Mais ce Français au lourd passé sera-t-il une providence ou l’artisan du malheur ? Pourquoi est-il demeuré en Algérie après l’indépendance ? Qu’a-t-il fait pendant la guerre ? Et quel est ce grand tabou de l’histoire de l’Algérie qui scelle jusqu’à présent toutes les lèvres ? Avec ce thriller de la vengeance et de l’amour, Anouar Benmalek impose à ses héros de choisir entre le mal et le moindre mal, entre leur survie et celle de leur conscience. »

La quatrième de couverture ne le dit pas, mais ce roman aborde un sujet bien tabou en Algérie que sont les événements de Melouza. Très peu médiatisés, ces événements que je ne connaissais que par le nom, ils sont complètement absent des manuels scolaires d’histoire, la main amnésique qui écrit l’histoire nationale est complètement passée au dessus. Dans les faits, plus de 300 villageois sont massacrés par des soldats du FLN, car pro MNA, le parti de Messali El Hadj, bête noire du FLN qui se considère comme seul représentant du peuple algérien, tout autre étant de facto ennemi.

Franchement, j’ai été bluffé. C’est la première fois que je lis un roman algérien aussi haletant. Du début jusqu’à la fin, la lecture de peux se faire qu’à un rythme infernal. Les 523 pages défilent entre les mains vite, avec efficacité.

C’est mon premier Benmalek, dont j’allais d’abord lire L’enfant du peuple ancien, mais le rapt m’est tombé dans les mains, pour mon plus grand plaisir.
Faites vous plaisir, lisez le.

Né en 1956 à Casablanca, Anouar Benmalek est écrivain, poète et journaliste. Qualifié de « Faulkner méditerranéen » par L’Express, il est notamment l’auteur des Amants désunis, de L’Enfant du peuple ancien, plusieurs fois primés, ou encore de Ô Maria et de L’Année de la putain. Ses livres sont traduits dans une dizaine de langues.