• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 195 453 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Brida de Paulo Coelho


Auteur: Paulo Coelho

Titre: Brida

Edition: Flammarion éditions/ octobre 2010 (298pages)

Quatrième de couverture: Brida, une jeune Irlandaise à la recherche de la Connaissance, s’intéresse depuis toujours aux différents aspects de la magie, mais elle aspire à quelque chose de plus. Sa quête l’amène à rencontrer des personnes d’une grande sagesse, qui lui font découvrir le monde spirituel : un mage habitant la forêt lui apprend à vaincre ses peurs et à croire en la bonté de l’univers ; une magicienne lui explique comment danser au rythme du monde et invoquer la lune. Brida part alors à la rencontre de son destin. Parviendra-t-elle à réconcilier sa vie amoureuse et son désir de tout quitter pour devenir sorcière ? Ce roman enchanté renoue avec des thèmes chers aux lecteurs de Paulo Coelho : le conteur y tisse un récit qui mêle amour, passion, mystère et spiritualité.

De Paulo Coelho, j’avais lu et beaucoup apprécié L’Alchimiste. J’en ai lu d’autres : Onze minutes, Véronika décide de mourir que j’avais aussi pas mal aimé, et d’autres comme Le Zahir, ou Le démon et mademoiselle Prym que beaucoup moins aimé. Brida s’est inscrit pour moi dans la ligné de ces deux derniers.

C’est bien connu l’œuvre de Paulo Coelho est pleine de magie et de mysticisme, et ça, ce n’est pas ma tasse de thé préférée. Encore, le fantastique, tel qu’on peut lire chez Carlos Ruiz Zafon ou chez Haruki Murakami passent très bien, mais les personnages de Coelho en font trop à mon goût, n’abordent pas le côté mystérieux de la vie, ou de leur vie de manière romanesque pure mais surtout philosophique.  Ils se posent (comme Brida dans ce roman) les question existentielles au lieu de s’embarquer dans des aventures qui les y mènent.

Petite déception dans cette lecture.

Né en 1947 à Rio de Janeiro, Paulo Coelho est l’auteur de L’Alchimiste, best-seller mondial paru en 1988 au Brésil, aujourd’hui traduit dans 71 langues et publié dans 150 pays. Membre de l’Académie brésilienne des Lettres, il a été nommé Messager de la paix des Nations Unies en 2007. Après Le Zahir ou La Sorcière de Portobello, Brida est son douzième livre publié en France.

Acide sulfurique – Amélie Nothomb


Acide sulfurique

Amélie nothomb

Une appréhension inexpliquée (peut être toutes ses photographies un peu excentriques) avait fait que je n’eusse jamais été tenté de lire Nothomb avant que ma tante Fatiha ne me la conseille. Acide sulfurique a été le premier à tomber entre les mains. L’écrivaine belge, auteure de plus d’une vingtaine de livres, nous parle ici de téléréalité.  Ou plutôt du retentissement que peut (ou plutôt pourrait) avoir ce genre de programme télévisé sur la vie des téléspectateurs.

Cette fable intéressante, un petit peu à la 1984 ou La ferme des animaux de George Orwell, repose sur un principe pas si inédit que ça, mais au-delà de l’extrême de ce que la télévision a pu connaitre jusque là. L’objectif des organisateurs de ce show est de battre tous les records d’audience télévisuels. Avec « Concentration », c’est un véritable remake des camps de concentration nazis qui est mis en place, à la différence de ceux du troisième Reich que celle-ci est filmé.

Après une arrestation massive de gens divers et variés, les organisateurs procèdent à un recrutement de ce qui va constituer la minorité dominatrice, ce sont les kapos. Ceux-ci vont diriger les autres participants de l’émission (prisonniers) dans des travaux forcés. Chaque jour, les plus affaiblis sont tués, sinon tout au long des interminables journées de travail, les prisonniers sont cravachés.

Le livre est rempli de personnages se partageant des rôles nécessaires,  d’un attachement discutable, sauf pour deux d’entre eux, les deux personnages principaux, deux femmes aux prénoms peu communs. Zdena, ou kapo Zdena, est une fille invisible dans la vie normale, et elle profite de cette occasion que lui offre l’émission pour exister enfin. Elle ne possède pas vraiment de morale, et applique les violentes et agressives prérogatives qu’on lui donne avec grand zèle. Mais très vite, une prisonnière se fait repérer. Pannonique a la vingtaine et est d’un charme et d’une beauté débordants. Héroïque, elle devient au fur et à mesure, le symbole de la résistance au sein de « Concentration » et en même temps, le sujet d’une obsession pour la kapo Zdena. Une guerre de nerfs se déclenche entre les deux femmes, créant moult rebondissement, au grand bonheur des organisateurs.

Le succès de l’mission est absolu. Et le téléspectateur est désigné comme étant le coupable numéro un. Bien avant les organisateurs, et les hommes politiques qui n’ont rien fait pour interdire ce genre de programme.

Sans être une sonnette d’alarme, cette fable est plutôt une prise de recul par rapport à ce qui se voit dans les télévisions, ce qu’en parle la presse, du Showbiz, des gens qui veulent coute-que-coute accéder à la célébrité, à la richesse, et qui n’hésite pas pour cela à s’amputer d’un membre important de la constitution de l’être humain, qu’est son supposé sens de l’éthique et de la morale.

Un hommage rendu à Tahar Djaout dans ce roman, avec sa célèbre citation, qui sans être nommé dit à travers les lèvres gracieux mais amaigries de Pannonique : « un héros algérien a dit : « Si tu parles tu meurs, si tu te tais tu meurs, alors parles et meurs » ».

Une lecture facile, que je conseillerai à tous, plaisante, et non inutile. C’est une écrivaine que je lirai avec plaisir dorénavant.

Lu également du même auteur, et commenté:

Stupeur et tremblement

 

Amin Maalouf


Amin_Maalouf_blogVoici l’adresse d’un blog très intéressant, d’un monsieur extrêmement intéressant qu’est ce grand écrivain : Amin Maalouf. Si vous avez lu au moins un seul de ses livres, vous saurez que toutes ces épithètes élogieuses que j’utilise ne sont pas suffisantes. A mon humble avis, c’est l’un des hommes des plus éclairés, des plus sages de notre temps, doué aussi d’une plume inégalée. Les prises de position justes de cet ancien journaliste (il fut rédacteur en chef de Jeune Afrique) de l’historien et aussi du philosophe, et surtout son analyse pertinente des choses du monde, font de lui l’écrivain, l’analyste par excellence.

L’adresse est la suivante : http://aminmaalouf.net

Pour les amoureux des lettres et des mots, il existe dans ce blog une rubrique des « mots qui voyagent », ces mots qui font partie du vocabulaire français, et qui ont une histoire riche derrière eux, une origine souvent lointaine.

Sinon, un point de vue pertinent sur l’actualité mondiale en général, et celle du moyen orient en particulier.

Amin Maalouf a pour dernière publication un essai intitulé le « dérèglement du monde » paru aux éditions du Rocher. Il est également l’auteur de « Léon l’africain » mon préféré, « Samarcande », et « Le rocher de Tanios » prix Goncourt 1993.

Qu’est-ce que l’économie


Comment expliquer certains principes de l’économie?

Voici la théorie des vaches:

Ce n'est pas compliqué car voici la théorie des vaches....
SOCIALISME :
Vous avez 2 vaches et vous en donnez une à votre voisin.
COMMUNISME :
Vous avez 2 vaches, le gouvernement vous les prend et vous donne un peu de lait.
FASCISME :
Vous avez 2 vaches, le gouvernement vous les prend et vous vend un peu de lait.
NAZISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous les prend et vous tue.
BUREAUCRATIE :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous les prend, en tue une, trait l'autre et jette le lait.
CAPITALISME :
Vous avez 2 vaches. Vous en vendez une et achetez un taureau. Vous les laissez se reproduire et quand l'économie monte, vous vendez tout et retirez le bénéfice.
ENTREPRISE AMERICAINE :
Vous avez 2 vaches. Vous en vendez une et forcez l'autre à produire autant de lait que 4 vaches. Plus tard, vous embauchez un consultant pour analyser pourquoi la vache est morte.
ENTREPRISE FRANCAISE :
Vous avez 2 vaches. Vous faites grève car vous en voulez3.
ENTREPRISE JAPONAISE :
Vous avez 2 vaches. Vous les reconcevez pour qu'elles fassent 1/10 de la taille d'une vache normale et qu'elles produisent 20 fois plus de lait. Vous créez ensuite un dessin animé appelé VacheKemon et le commercialisez dans le monde entier.
ENTREPRISE ALLEMANDE :
Vous avez 2 vaches. Vous les reconcevez pour qu'elles vivent 100 ans, mangent une fois par mois et se traient elles même.
ENTREPRISE ITALIENNE :
Vous avez 2 vaches mais vous ne savez pas ou elles sont, et allez déjeuner.
ENTREPRISE RUSSE :
Vous avez 2 vaches, vous les comptez et en trouvez 5. Vous recomptez en en trouvez 42. Vous recomptez encore une fois et en trouvez 2. Vous arrêtez de compter et ouvrez une autre bouteille de vodka.
ENTREPRISE SUISSE :
Vous avez 5000 vaches et aucune ne vous appartient. Vous facturez les propriétaires pour garder leurs vaches.
ENTREPRISE CHINOISE :
Vous avez 2 vaches, vous avez 300 millions de gens pour les traire. Vous clamez qu'il y a le plein emploi, une grande productivité bovine et arrêtez le journaliste qui a donné les chiffres.
ENTREPRISE INDIENNE :
Vous avez 2 vaches, vous les adorez.
ENTREPRISE ANGLAISE :
Vous avez 2 vaches, elles sont toutes les 2 folles.
SINON FAIRE APPEL AUX EXPERTS EN LA MATIERE, JUGEZ EN VOUS-MEME !
ENTREPRISE ALGERIENNE :
Vous avez 2 vaches, et vous ne savez pas quoi en faire et vous importez du lait... (???!!)photos_vaches_gr

Quand le sida est une mystification autour de l’africain! (humour)


Juillet 2009, à Alger, festival panafricain ! Mon oncle Ahmed, incorrigible farceur, en assistant à une conférence littéraire où il s’agissait de discuter d’un problème pointilleux pour l’Afrique, à savoir le sida. Le mot « sida » comme vous devez sûrement le savoir, est un acronyme pour Syndrome d’Immuno Déficience Acquise. Sur ce sujet, beaucoup a été sur ce sujet, notamment, la corruption, la mauvaise gestion des ressources humaines et financières, la dictature… les problèmes africains sont avant tout liés à l’homme.  Et là, l’oncle Ahmed, toujours dans sa manière de lutter humoristiquement et non moins sérieusement contre les mouvances radicales islamistes, leur parle d’un autre syndrome, tout aussi grave et qui est le Sidaa !

Donc, le sidaa. Pourquoi un deuxième a ? Il s’agirait là, du syndrome interdisant le développement de l’amour africain !!

Le bonheur est dans le salon de coiffure


Qu’est ce que le bonheur en fin de compte ? Pour certains c’est l’amour, pour d’autres l’argent, alors que certains se suffisent d’un chouia de tranquillité, de douce quiétude…

Je pense à ça après avoir accompagné mon père chez le coiffeur, dans notre pauvre ville d’El Kala. Le coiffeur en  question, gros bonhomme, courtaud sur ses jambes, le ventre se déversant par-dessus sa ceinture. Il parle calmement, donne des conseils sur comment mon père devrait couper ses cheveux, critique calmement la société d’hyperconsommation qui l’entoure en ces journées estivales caniculaires, la qualité des touristes et la manie des jeunes adolescents d’exiger des coupes de cheveux aussi insolites  qu’un poil de cul chez un bébé. Ses énormes joues se rejoignent en un double menton tremblant comme de la gélatine quand il rit. L’homme est âgé de 73ans. Sur son diplôme jauni par les années et la poussière, on peut lire qu’il est présumé né en 1931. Il parle avec nostalgie du temps où il allait à Tunis avec femme et enfants, le dernier desquels vient de trouver un poste de travail à la société d’électricité. La Sonelgaz. Avant de trouver ce poste de travail, et après avoir fait des études d’ingénieur, il a travaillé durant plusieurs années comme coiffeur avec son père, dont il est une copie plus jeune, les cheveux encore noir et le front moins dégarni.

A 73 ans, le monsieur dit se délecter du fait de pouvoir travailler encore, en remercie Dieu, et profite chaque jour qui passe, du bonheur de vivre tranquillement, de travailler ses maigres et suffisantes heures, de faire la petite sieste qui sied aux personnes de  son âge.

Dans le salon de coiffure, un vieux monsieur, le visage ridé comme un ancien parchemin cents fois froissé, rit tendrement aux blagues du coiffeur, le taquine en lui demandant de lui faire la coupe de cheveux d’un danseur de tecktonik.

La positive attitude


3-lorie1

ouajdi-ghanim1

raffarin1

Savez-vous quelles sont les points communs entre l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin, la chanteuse Lorie, et le prédicateur islamiste égyptien Ouajdi Ghanim ?

Vous savez ?? oui ? non ?? ………………………..

Réponse : c’est la positive attitude !!

D’abord, connaissez-vous le prédicateur égyptien islamiste Ouajdi Ghanim ? Comme tous ces prêcheurs de la « bonne » parole, il sillonne divers pays, de congrès en Halaka, et il vient de passer dans notre coquette ville d’Annaba.

A mon avis, le pouvoir algérien, se rendant compte qu’il avait poussé le bouchon un peu trop loin avec la loterie nationale du 09 avril2009, jeu dont lequel les dés étaient pipés à l’avance, a fait appelle à ce prédicateur, qui du 21 au 24 avril 2009 et qui a fait des cours de moral portant comme thème la positivité.

Eh oui, on a fini par se rendre compte que le peuple algérien n’avait pas le moral. Le pays n’a jamais été aussi riche, et pourtant les algériens ne se sont jamais sentis aussi pauvres.

Depuis quelques temps toute la ville d’Annaba, comme beaucoup de villes algériennes est en chantier. Les routes éventrées, la boue dont laquelle les citoyens pataugent, il ne fait plus tellement bon se balader dans cette ville connue pourtant pour sa coquetterie. Elle est connue aussi pour être le point de départ de la ligne maritime Sidi Salem / l’île de Sardaigne, très fréquentée depuis quelques années par des jeunes qui n’arrivent pas à trouver une anse d’espoir dans ce pays. Et c’est la raison pour laquelle on a pensé ramener ce prédicateur pour nous apprendre à être positifs dans la conjoncture de dépression nationale. Sur les affiches placardées sur toute la ville, il n’a pas été précisé si on écouterait pendant le prêche un fond musical de la chanson de Lorie qui aborde le même thème.

D’ici quelques temps, si les algériens n’ont toujours pas le moral, on procèdera sûrement la distribution gratuite de diverses molécules neuroleptiques et antidépressives.

L’article suivant est paru le 04/07/2008, et aborde le parcours géographique de l’homme de foie, et précise les pays où il est déclaré indésirable, et ceux où il a été expulsé.

« Le prédicateur islamiste égyptien Ouajdi Ghanim a été interpellé lundi à l’aéroport de Johannesburg, alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour le Yémen, où il devrait prendre part à un congrès islamique. Le quotidien égyptien Dostor de ce vendredi rapporte qu’il est toujours en détention.

Pour rappel, Ouajdi Ghanim a été interpellé le 4 septembre 2004 aux Etats-Unis dans le cadre de l’enquête sur les attentats du 11 septembre 2001. Il a été expulsé une première fois vers l’Egypte, avant de devoir quitter son pays pour le Qatar. Expulsé également de ce pays, il a été reçu par le Bahreïn, qui l’avait invité pour contribuer à lutter contre l’influence chiite, avant de l’expulser une nouvelle fois. Déclaré indésirable en Egypte, le prédicateur a alors été accueilli par l’Afrique du Sud ».