• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 195 381 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Bezzaf


Bezzaf est un groupe citoyen de jeunes algériens qui militent pour la démocratie en Algérie, sis à Alger. Parmi ses acteurs ou sympathisants on compte les journalistes-écrivains, croqués ci dessous par un magistral Hicham Baba Ahmed. Le Hic, le fameux caricaturiste d’El Watan. De Gauche à droite: Mustapha Benfodil, Chawki Amari et Adlène Meddi.

Petite interview du SILA 2009


SILA2009

Interview assez insolite quand même, Chawki Amari questionnant plus en tant qu’écrivain qu’en tant que journaliste, manquant un peu d’objectivité, parlant avec le cœur, et à sa place j’aurais été bien plus corrosif ! Il a été donc assez gentil ! Le chargé de presse du SILA tombe dans le piège, juste au niveau de sa bassesse professionnelle, éthique et intellectuelle.

C’est vrai que ces temps si, être algérien vivant en Algérie n’est pas l’idéal, mais on a la chance de lire sur la presse ce genre d’interview !

édition d’El Watan Week End, du 30/10/2009: chawki_amary

*Le salon s’ouvre une nouvelle fois sur une polémique concernant des livres interdits. Est-ce un détail pour les organisateurs ou un réel problème de fond ?

Ce n’est pas un détail, mais ce n’est pas non plus un problème de fond.

*Y a-t-il une liste officielle des livres officiellement interdits au Salon ? Si oui, l’avez-vous en votre possession ?

Il y a certains livres importés qui sont interdits par la loi mais tout au long de l’année. Des livres qui prônent la violence, l’extrémisme, le racisme et qui  touchent à la sacralité de la guerre de Libération nationale. Je crois que c’est pareil partout dans le monde. Et au niveau du salon, il n’y a eu aucun livre interdit.

* Et les livres produits  localement qui portent atteinte aux institutions et aux gouvernants, sont-ils concernés ?

Officiellement, il n’y a pas de contrôle avant impression et publication. Mais après, si le livre est considéré comme outrageant, il y a la justice pour

ça.

* Khalida Toumi et Yazid Zerhouni se renvoient la balle au sujet du livre Poutakhine. Qui peut réellement interdire un livre ? La police ou le ministère de la Culture ? Ce dernier a-t-il les prérogatives de faire des descentes dans les imprimeries et d’emmener des libraires dans

des commissariats ?

Et à mon tour, je la rejette, en vous disant de leur poser la question.

* Un attaché de presse du Salon sert-il à quelque chose ?

A mettre en valeur le programme d’animation du SILA et lui donner la diffusion la plus large possible, à créer un lien entre les invités présents et les médias. De veiller à ce que les journalistes travaillent dans les meilleures conditions possibles. Mais un attaché de presse passe aussi son temps à essayer, autant que faire ce peu, à répondre aux questions pièges des journalistes fourbes comme vous. Ce qui l’empêche de faire son vrai travail. Mais ça reste

quand même amusant.

* En gros, ça sert surtout à draguer les jeunes femmes…

Vous ne voulez pas plutôt me reposer les questions sur les livres interdits ?

* Non merci. Mais personnellement, avez-vous acheté un livre au Salon, contrairement à Ahmed Ouyahia et le président, qui n’ont rien acheté ?

L’avantage est que j’ai les livres gratuitement. Bon, j’avoue que j’ai volé un livre sur la mécanique des fluides au stand de l’OPU, mais il ne faut le dire à  personne.

* Ça ne sortira pas d’Afrique.

Merci.

Chawki Amari


Point Zero du 24/02/2009 par The Chawki Amari


amariPoint Zero du 24/02/2009 par The Chawki Amari

Officiellement 17 millions d’électeurs en 2004, 18 en 2009, avec la «correction» de 1 ou 2 millions d’électeurs «déplacés», selon le ministre Zerhouni. Ce qui voudrait dire que depuis 5 ans, le corps électoral n’a pas bougé, ce qui veut encore dire qu’entre temps, les enfants n’ont pas grandi pour atteindre l’âge de voter. Non, puisque en fait, le nombre d’électeurs n’est toujours pas connu et diffère sans cesse, Zerhouni lui-même l’estimant à 18 ou 19 millions, sans plus de précisions. Comment peut-on donner le chiffre du chômage avec autant d’exactitude (11,8%, selon le dernier rapport de l’ONS de la semaine dernière) et ne pas connaître le nombre d’Algérien(ne)s en âge de voter ? D’autant que d’autres sources, indépendantes annoncent un chômage de 35%. C’est un mystère et une autre question. Ce que l’on sait par contre, puisque ces chiffres sont officiels, c’est qu’au dépôt des dossiers de candidatures, le (re)conducator Bouteflika a déjà collecté 4 millions de signatures de citoyens. Alors qu’il en avait collecté 1,5 million en 2004. Ci-après, un petit calcul d’épicier, puisque la grande distribution, à l’image de Carrefour, a quitté précipitamment le pays : sachant que le (re)conducator a obtenu 85% des voix avec 1,5 million de signatures d’avance, à combien va-t-il être élu en sachant qu’il a déjà 4 millions de signatures ? Logiquement, trois fois plus, c’est à- dire que le président va être réélu avec 255% des voix, soit un score qui dépasse la Corée du Nord et la Tunisie réunies. Bref, pendant que l’on compte, le Président se prépare à être élu pendant que la grande congrégation des mafieux calcule combien, sur les nouveaux 200 milliards de dollars qui vont être mis sur la table, vont-ils empocher. Là, ça vaut vraiment le coup de compter. Car, d’après tous les biologistes, officiels ou indépendants, dans un corps électoral, il y a autant de ventres.