• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 195 453 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Chanson douce de Leila Slimani


Auteur : Leila Slimani

Titre : Chanson douce

Edition : Folio N° 6492

Quatrième de couverture: Louise ? Quelle chance vous avez d’être tombés sur elle. Elle a été comme une seconde mère pour mes garçons. Ça a été un vrai crève-cœur quand nous avons dû nous en séparer. Pour tout vous dire, à l’époque, j’ai même songé à faire un troisième enfant pour pouvoir la garder.» Lorsque Myriam décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise et sont conquis par son aisance avec Mila et Adam, et par le soin bientôt indispensable qu’elle apporte à leur foyer, laissant progressivement s’installer le piège de la dépendance mutuelle.

Ce n’était probablement pas le livre de l’année, et beaucoup dans mon entourage m’ont dit cela, cependant, il est loin d’être un mauvais livre. Chanson douce, comme le roman précédent de cette écrivaine franco-marocaine, dans le jardin de l’ogre, est un livre dérangeant. Il est question d’enfants, de bébés qui évoluent dans un environnement chaleureux, dans une famille aimante, mais beaucoup trop urbaine, où les valeurs traditionnelles familiales n’existent plus, ou presque (et je ne leur fait aucun procès, simple constat).

Il est vrai, la vie en occident, et grâce à la mondialisation,  partout dans le monde, dans les mégalopoles, souffre d’un rythme trop rapide. on retrouve certaines choses inimaginable il y a quelques décennies, comme l’industrialisation de ce « petit » métier de nounou, grâce à une main d’œuvre pas trop chère, souvent en Europe issue de population souvent pauvre, ou classe moyenne inférieure, et en Europe, souvent issue de l’immigration.

Dans ce domaine, (les personnages parents de deux enfants) de ce roman tombent sur une perle rare. Louise est une française de souche, d’un âge respectable, toujours propre sur elle, et donnant toujours, invariablement plus que ce que l’on attend d’elle.

La première phrase du roman annonce le décès du bébé, suivi de celui de sa sœur ainée. Il n’y a donc pas de suspens, mais il existe, tout  au long du roman, et cela grâce au talent de l’écrivaine, une tension accablante au début, qui redescend pour augmenter au fil de l’avancement de l’histoire. Il n’y a donc pas, ou peu de surprises, mais comme un tableau qu’on dessine, l’auteur trace d’abord le sujet principal, puis elle peaufine son œuvre au fur et à mesure que les pages tournent, par petites touches, pour atteindre son objectif, en soulignant en insistant sur la psychologie du personnage principal, qu’est la nounou.

Roman donc intéressant, divertissant et bien glaçant, surtout pour un futur papa comme moi. A lire. de toute façon, il n’a pas besoin que je lui fasse de la publicité. Il a reçu le prix Goncourt de l’année 2016.

Histoire du monde en neuf guitares d’Erik Orsenna


Auteur : Erik Orsenna accompagné par Thierry Arnoult

Titre : Histoire du monde en neuf guitares

Edition : Le livre de poche janvier 2006 (125 pages)

Quatrième de couverture : « Tout commence dans la boutique d’un luthier, avec l’arrivée d’un jeune homme désireux de vendre une guitare. L’artisan va le dissuades et lui conseille d’apprendre d’abord à mieux connaitre cet instrument magique… C’est le début d’un long voyage parmi les siècles et les civilisations. Car la guitare est presque aussi vieille que l’homme. Des pyramides d’Egypte aux derniers temps de l’empire inca, de la cour de Louis XIV aux champs de coton du vieux Sud américain, des doigts de Django Reinhardt à ceux de Jimi Hendrix, elle connait toutes les musiques et sait dire tous les sentiments »

Ce livre ressemble dans sa forme à un autre livre d’Orsenna, La grammaire est chanson douce. Plus qu’à simple roman, c’est un essai ludique sur l’histoire de la guitare. C’est vrai que d’habitude, je me lasse en lisant un livre qui tourne autour qu’un seul sujet, comme ici autour de la guitare, mais je dois avouer que la forme, mais aussi la manière talentueuse qu’a Erik Orsenna nous captive du début jusqu’aux dernières pages. Sa curiosité du monde où nous vivons est contagieuse, c’est un don magnifique, de mon point de vue.

Ici, nous est conté le magnifique pouvoir de la musique sur nos mœurs depuis l’antiquité à nos jours. Comment la musique, cet effet sonore sort des instruments dont la guitare, comment les guitares, leurs fabrications et leurs sons ont évolué, et comment ont évolué leurs impacts dans nos vies.

Bien sûr, c’est un livre qui touchera plus les musiquos, les amateurs et les initiés à cet instrument si difficile à dompter.