• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 751 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 165,161 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Le Mont Touri d’Osman Chaggou


le mont touriAuteur : Osman Chaggou

Titre :Le Mont Touri

Edition : Les éditions du champ libre

Quatrième de couverture : « Tour à tour drôles, touchants ou carrément absurdes, les neuf textes (tiens, neuf) qui constituent ce recueil nous plongent dans un univers littéraire pour le moins inédit, et l’on passe allégrement du fantastique au dramatique avec toutefois un thème récurrent, l’enfance. L’enfance pas tout à fait insouciante, mais pas non plus malheureuse. L’enfance dans tout ce qu’elle a de plus vulnérable et de plus cruel. Bref, l’enfance que l’on a vécue … ou pas! Prêts pour l’escalade du Mont Touri? un, deuil, trois, partez!

Le monde de l’édition en Algérie étant ce qu’il est, assez pauvre et désertique malgré un certain mouvement cette dernière décennie, la vie littéraire algérienne est assez lunaire. Je dis cela à cause de la difficulté que j’ai eu à me procurer ce recueil de nouvelles. Je dois souligner que quand je parle du monde de l’édition, j’englobe avec lui les librairies algériennes, qui ne sont – quelques exceptions mises à part- que des vendeurs de papier. Passé ce petit coup de gueule, parlons de ce recueil ; Le Mont Touri, de mon cher ami Osman Chaggou.

Sur ce billet, il me sera difficile d’être objectif!! Le style est beau, sans fioriture. La plume de mon ami, que je découvre ici, se parcourt avec beaucoup de plaisir. Il évoque avec éloquence et innocence le monde de l’enfance. Certaines de ces nouvelles me sont parues très familière, parce que le scribouillard que je suis a tenté, avec beaucoup moins de talent, d’explorer cet univers de l’enfance, où la naïveté côtoie l’insouciance, l’ennuie flirte avec l’extase, cette enfance écolière innocente, avec des détails propres à notre génération. J’ai pour ma part retrouvé mon enfance dans certaines de ces nouvelles, et en cela ce texte est une réussite. Un souvenir précis m’est revenu d’ailleurs, les après-midi d’été pendant lesquelles il m’était impossible de faire la sieste, et que je passais à lire le dictionnaire, un Larousse illustré, et je m’arrêtais souvent sur la photo de Camus né à quelques kilomètres de chez moi (je ne sais pas pourquoi je l’imaginais photographe), et aussi la représentation de l’Origine du monde de Gustave Courbet.

Certaines nouvelles, sont pour ma part encore plus touchantes, je n’arrive pas à percer à quelle point elles sont autobiographiques.

Seul bémol pour moi, la couverture, avec en gros, le nom de l’éditrice préfaçant le livre, aussi grand que celui de l’auteur. La photo par contre, je me souviens du jour de sa prise, surtout qu’elle fut pendant des années en fond d’écran de mon ordinateur.

Né en 1981 à Constantine, Osman Chaggou est un mec super sympathique. Il suit , après des études de droit, une formation en lettres sanctionnée par une licence en littérature française et un magistère en Sciences des textes littéraires. Enseignant à l’école normale supérieure.  Le Mont Touri est son premier recueil de nouvelles.

Publicités

Le fleuve détourné de Rachid Mimouni


Auteur : Rachid Mimouni

Titre : Le fleuve détourné

Edition : Pocket /Septembre 1990 (218pages)

Quatrième de couverture : « Le narrateur, précisément, veut savoir. Il revient de loin, après plusieurs années d’absence. Il revient de si loin que tout le monde, dans son vilIage, le tient pour mort : officiellement, il à été tué lors d’un bombardement par les forces françaises d’un camp du FLN, pendant la guerre d’indépendance. Qu ‘a-t-on à faire de ce revenant ? Il s’obstine, veut retrouver sa femme et son fils. Et le voici parti, comme une ombre, à travers son pays. Sa voix nous bouleverse. Le fleuve immémorial de la tradition a été détourné de son cours ; le peuple ne se reconnaît plus ; il se tait. Ce roman, d’une densité et d’une rigueur exemplaires, est le plus éloquent des textes du silence. « 

Ce qui me déroute avec Rachid Mimouni, c’est que à chaque fois que je lis un de ses livres, (et je les ai presque tous lus, plusieurs fois même), je me dis que c’est mon préféré.

Dans ce livre aux allures allégoriques prononcées, Mimouni scrute avec minutie et rigueur l’Algérie postcoloniale. Cette Algérie spoliée à ses algériens, par un groupe de faux-jetons qui se cachaient hier encore terrés chez lui, pendant que de glorieux (et vains ?) martyrs abreuvant de leur sang, la terre sacrée de la patrie.

Avec l’humour et dérision qui lui sont caractéristiques, Mimouni voue aux gémonies de manière subtile les teneurs des rennes, et qui en ont été indignes. A travers l’histoire de cet homme amnésique, à qui on refuse jusqu’à l’identité, à qui on a déshonoré femme et amour-propre, c’est l’histoire de tous les algériens, qui avant 1962 étaient colonisés par les français, et qui depuis cette année là, sont colonisés par un groupe d’algériens. Amer constat, toujours d’actualité, grâce aux brises révolutionnaires de ce printemps dit arabe.

Ce livre est en réalité scindé en deux parties parallèles. L’une d’elles est celle de cet homme amnésique, l’autre, plus allégorique, plus George Orwell je trouve, raconte le sort d’un groupe de personne enfermé, encerclé, surveillé, toujours à l’image du peuple algériens. La particularité de ces hommes est qu’ils sont considérés (à tors ou à raison, et dans ce dernier cas, celle du plus fort !!) comme subversifs, comme leurs spermatozoïdes, raison pour laquelle l’administration a décidé de les castrer. Je ressens à travers cette partie, comme dans d’autres livres de Rachid Mimouni, une critique négative de la politique socialiste, politique menée par Boumediene avec beaucoup de bonne volonté (comme le pense une majorité d’algériens), et aux résultats catastrophiques sur l’économie nationale et la mentalité des algériens qu’on connait (un peu).

Je conseille vivement à tous, de toujours avoir un Rachid Mimouni dans sa bibliothèque. Cela permettra aux non-algériens de mieux connaitre le mystère algérien que nous sommes, et aux algériens, de mieux se connaitre eux même.