• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 164,129 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Fils du Shéol d’Anouar Benmalek


081-6-Benmalek-Fils-du-ShéolAuteur : Anouar Benmalek

Titre : Fils du Shéol

Edition : Calman Levy éditions 2015 , Casbah éditions pour l’Algérie

Quatrième de couverture: « Trois histoires d’amour pour remonter à l’origine du mal… Trois générations, deux génocides. Tout commence dans la touffeur ignoble d’un wagon à bestiaux. Le jeune Karl y fait la connaissance d’Helena, son bref et unique amour le temps du voyage. À son arrivée en Pologne, le gamin juif est gazé. Dès lors, depuis un étrange séjour des morts, le Shéol, il est condamné à regarder évoluer les siens et à tenter d’éviter désespérément la catastrophe. Ainsi retrouve-t-il son père, devenu Sonderkommando. Dans la noirceur de sa condition, ce dernier rêve à sa lumineuse Élisa, la mère de Karl, rencontrée et épousée en Algérie des années auparavant. Poursuivant son effroyable voyage à rebours, Karl croise Ludwig, son grand-père, qui au début du siècle a servi dans l’armée allemande du Sud-Ouest africain. Et le secret que l’aïeul n’a jamais pu raconter de son vivant – sans doute la clé de leur destinée à tous –, son petit-fils finit par l’apprendre depuis sa nouvelle demeure : celui de l’existence d’Hitjiverwe, une jeune femme héréro passionnément aimée, victime avec son peuple d’une barbarie oubliée, terrible avertissement aux générations futures. »

Comme à chaque fois depuis plusieurs livres, le nouveau Benmalek tient sa promesse, celle de nous faire voyager, dans le temps et dans l’espace.

Très vite la couleur noire est donnée, une violence insoutenable nous prend à la gorge, une violence abyssale, complète, totale et humaine, hélas, nous interpelle.

benmalek

Dans ce livre, Benmalek nous raconte l’Europe de l’apocalypse, empêtrée dans un nazisme destructeur, un antisémitisme ambiant, sournois et complètement injuste. Il nous raconte un monde qui a failli sombrer, à travers l’histoire de cette famille juive « mixte » séfarado-ashkénaze, la shoah qui va tout anéantir pour cette famille (je ne révèle rien, on lit ça dans les cinquante premières pages du roman qui en compte plus de quatre cents), puis à reculons, l’auteur nous raconte la naissance de cette famille, la rencontre algéroise du couple, alors que le futur déporté, toujours joviale et de bonne humeur, accompagne son père ancien soldat allemand au sud ouest de l’Afrique (qui sera plus tard la Namibie), dans la quête d’un pardon… Je vous laisse découvrir, le livre en vaut le coup. Je vous dis quand même que la Shoah n’est pas le premier génocide germanique, peut être parce qu’à l’époque le mot génocide n’existait pas encore.

Un roman bien actuel, dépeignant cette ambiance actuelle de défiance internationale, avec tous ces signes annonciateurs de mauvaises choses, cette même ambiance qui précéda les deux guerres mondiales du siècle dernier.

Moins médiatique que d’autres auteurs algériens, cet auteur aux multiples facettes, dont c’est ma troisième lecture, m’étonne par la diversité de ses sujets, moins algéro-algérien qu’un Yasmina Khadra, plus discret aussi, Anouar Benmalek a le don de nous prendre par la main, de nous mener à travers une itinéraire dont il est le seul fin connaisseur, de nous captiver, de nous émouvoir.

Tu ne mourras plus demain d’Anouar Benmalek


tu ne mourras plus demainAuteur: Anouar Benmalek

Titre: Tu ne mourras plus demain

Edition: Fayard  (192pages)

Date de parution: 05/10/2011

ISBN:  9782213666358

Quatrième de couverture: « Qui s’étonnera que j’écrive ? Ma généalogie est un roman. Mais aujourd’hui maman est morte. Et le seul roman que j’aimerais écrire, c’est celui de l’amour que je ne lui ai pas assez manifesté.

Tu ne mourras plus demain est un livre poignant, écrit par un auteur bouleversé par la perte de sa mère. D’ailleurs, c’est à elle qu’il s’adresse en écrivant, lui faisant des confidences, lui révélant certains secrets qu’il a toujours tus de son vivant. C’est aussi un récit biographique, autour de l’histoire familiale, avec ce qu’il faut de pudeur et de retenue pour ne pas sombrer dans le voyeurisme.

Et l’histoire familiale est riche. Il y a de la matière à exploiter, pourra-t-on dire avec un certain jargon. L’exile de sa mère marocaine en Algérie, l’exile de sa grand mère maternelle suisse au Maroc, l’exile son arrière grand-mère maternelle allemande en suisse et son exile à lui en France, fuyant le terrorisme et ce truc que tout algérien plus au moins normalement constitué subit et veut fuir à la moindre occasion. Anouar Benmalek nous raconte donc cela avec une plume pleine d’amour et de tendresse affective, en bon fils digne de l’amour maternelle si généreusement reçu, lui qu’on surnomme le Faulkner algérien.

Anouar_Benmalek_(1)J’avais déjà lu cet auteur, et j’en ai pensé beaucoup de bien, dans son précédent roman, le Rapt, édité chez Fayard en France et chez Sédia en Algérie. Et justement avec Tu ne mourras plus demain, j’ai eu encore plus envie de le lire, car il y aborde aussi son travail d’écrivain, le processus de création de ses œuvres, leur inspiration… Allez y donc, lisez le, le plaisir y est multiple.  J’espère que j’aurais l’occasion de le rencontrer.

 Anouar Benmalek est l’auteur, entre autres, des Amants désunis (Calmann-Lévy) et de L’Enfant du peuple ancien (Pauvert). Chez Fayard, il a publié notamment Ô Maria et Le rapt. Traduite en dix langues, son oeuvre a reçu plusieurs prix. »

Fiche du roman : Tu ne mourras plus demain d’Anouar Benmalek


tu ne mourras plus demainAuteur: Anouar Benmalek

Titre: Tu ne mourras plus demain

Edition: Fayard  (192pages)

Date de parution: 05/10/2011

ISBN:  9782213666358

Quatrième de couverture: « Qui s’étonnera que j’écrive ? Ma généalogie est un roman. Mais aujourd’hui maman est morte. Et le seul roman que j’aimerais écrire, c’est celui de l’amour que je ne lui ai pas assez manifesté.

Anouar_Benmalek_(1)

 Anouar Benmalek est l’auteur, entre autres, des Amants désunis (Calmann-Lévy) et de L’Enfant du peuple ancien (Pauvert). Chez Fayard, il a publié notamment Ô Maria et Le rapt. Traduite en dix langues, son oeuvre a reçu plusieurs prix. »

Le rapt d’Anouar Benmalek


Auteur: Anouar Benmalek

Titre: Le rapt

Edition : Sédia éditions. 10/2009  (523pages)

Quatrième de couverture: « Follement épris de sa femme. Aziz n’en est pas moins un homme détaché et caustique. Seul moyen qu’il ait trouvé pour se préserver des tensions et des violences qui agitent l’Algérie. Mais lorsque sa fille de quatorze ans est enlevée, il comprend que l’ironie ne lui sera plus d’aucun secours. Entré en contact avec la famille, un étrange ravisseur menace sa victime des pires atrocités si la police est prévenue. De toute façon, qui aurait envie de s’en remettre aux autorités algériennes ? Aziz ne peut compter que sur lui-même. Et sur Mathieu, le beau-père de sa Femme. Mais ce Français au lourd passé sera-t-il une providence ou l’artisan du malheur ? Pourquoi est-il demeuré en Algérie après l’indépendance ? Qu’a-t-il fait pendant la guerre ? Et quel est ce grand tabou de l’histoire de l’Algérie qui scelle jusqu’à présent toutes les lèvres ? Avec ce thriller de la vengeance et de l’amour, Anouar Benmalek impose à ses héros de choisir entre le mal et le moindre mal, entre leur survie et celle de leur conscience. »

La quatrième de couverture ne le dit pas, mais ce roman aborde un sujet bien tabou en Algérie que sont les événements de Melouza. Très peu médiatisés, ces événements que je ne connaissais que par le nom, ils sont complètement absent des manuels scolaires d’histoire, la main amnésique qui écrit l’histoire nationale est complètement passée au dessus. Dans les faits, plus de 300 villageois sont massacrés par des soldats du FLN, car pro MNA, le parti de Messali El Hadj, bête noire du FLN qui se considère comme seul représentant du peuple algérien, tout autre étant de facto ennemi.

Franchement, j’ai été bluffé. C’est la première fois que je lis un roman algérien aussi haletant. Du début jusqu’à la fin, la lecture de peux se faire qu’à un rythme infernal. Les 523 pages défilent entre les mains vite, avec efficacité.

C’est mon premier Benmalek, dont j’allais d’abord lire L’enfant du peuple ancien, mais le rapt m’est tombé dans les mains, pour mon plus grand plaisir.
Faites vous plaisir, lisez le.

Né en 1956 à Casablanca, Anouar Benmalek est écrivain, poète et journaliste. Qualifié de « Faulkner méditerranéen » par L’Express, il est notamment l’auteur des Amants désunis, de L’Enfant du peuple ancien, plusieurs fois primés, ou encore de Ô Maria et de L’Année de la putain. Ses livres sont traduits dans une dizaine de langues.