• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 424 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 163,084 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Mes auteurs favoris


    John Maxwell Coetzee
    Alain Mabanckou
    Salim Bachi
    Yasmina Khadra
    Amin Maalouf
    Amin Zaoui
    Fouad Laroui
    Malek Haddad
    George Orwell
    Leïla Marouane
  • Babelio

    Mon profil sur Babelio.com
  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Un homme, ça ne pleure pas de Faïza Guène


un hommeAuteur : Faïza Guène

Titre : Un homme, ça ne pleure pas

Edition : Fayard éditions (éditions HIBR pour l’Algérie)

Date: 03 janvier 2014

Quatrième de couverture: « Né à Nice de parents algériens, Mourad voudrait se forger un destin.Son pire cauchemar : devenir un vieux garçon obèse aux cheveux poivre et sel, nourri à base d’huile de friture par sa mère. Pour éviter d’en arriver là, il lui faudra se défaire d’un héritage familial pesant. Mais est-ce vraiment dans la rupture qu’on devient pleinement soi-même ? Dès son premier roman (Kiffe kiffe demain, 2004), Faïza Guène s’est imposée comme une des voix les plus originales de la littérature française contemporaine. »

C’est au sortir de l’adolescence que j’ai découvert cette jeune auteure française, qui, elle aussi vivait la même période que moi. Nous avons quasi le même âge et mon admiration n’en fut que plus grande. Après son premier très réussi Kif Kif demain, et aussi Du rêve pour les oufs, Faïza Guène tente avec succès dans un texte que je pourrais  qualifier de plus sérieux. Déjà, on sent bien une certaine maturité, de l’expérience et une bonne maitrise de l’écriture. Mais aussi, une gravité dans le sujet et la manière de l’aborder.

Les origines maghrébines sont toujours présentes dans ce qui constitue désormais l’œuvre de Faïza Guène, et posent le problème de l’intégration de cette minorité (entre autres) dans la société française, cette société post-sarkoziste,  empêtrée dans des questionnements d’identité nationale. Et ces questions identitaires ne font pas qu’embrouiller la France (comme société en général), elles se posent, dans le livre, au sein d’une cellule plus petite, familiale, et cela est peut être plus légitime, moins politiques et plus sociétal et culturel. Le débat à travers ce prisme a selon moi, et peut être l’auteure aussi, plus d’intérêt.

Le personnage principal du roman est un garçon qui se cherche lui même, plus à se définir personnellement, qu’à chercher de se trouver une place, sympathique, un peu effacé, complètement anti-héros. Modeste, ses pérégrinations le mènent dans différentes situations normales de la vie, inédites pour lui, qui a quitté assez tardivement la maison familiale et sa maman poule. Si ses parents sont un peu clichés, ce n’est que pour gagner en réalisme.

Roman touchant, auteure plus que prometteur, Faïza Guène gagne une fois de plus ma sympathie et un lecteur de toute façon depuis longtemps acquis.

faiza-guene-82399

Viva de Patrick Deville


vivaAuteurs : Patrick Deville

Titre :Viva

Edition : Seuil éditions, Collection Fiction & Cie  (Rentrée 2014)

Quatrième de couverture: « En brefs chapitres qui fourmillent d’anecdotes, de faits historiques et de rencontres ou de coïncidences, Patrick Deville peint la fresque de l’extraordinaire bouillonnement révolutionnaire dont le Mexique et quelques-unes de ses villes (la capitale, mais aussi Tampico ou Cuernavaca) seront le chaudron dans les années 1930.Les deux figures majeures du roman sont Trotsky, qui poursuit là-bas sa longue fuite et y organise la riposte aux procès de Moscou tout en fondant la IVe Internationale, et Malcolm Lowry, qui ébranle l’univers littéraire avec son vertigineux Au-dessous du volcan. Le second admire le premier : une révolution politique et mondiale, ça impressionne. Mais Trotsky est lui aussi un grand écrivain, qui aurait pu transformer le monde des lettres si une mission plus vaste ne l’avait pas requis.On croise Frida Kahlo, Diego Rivera, Tina Modotti, l’énigmatique B. Traven aux innombrables identités, ou encore André Breton et Antonin Artaud en quête des Tarahumaras. Une sorte de formidable danse macabre où le génie conduit chacun à son tombeau. C’est tellement mieux que de renoncer à ses rêves. »

Ah, ce roman est très bizarre. Très bon moment de lecture, souffrant de quelques longueurs, de pas mal de répétitions, seulement, et seulement si l’on est complétement étranger au sujet.
Sorte de biographie de deux personnages historiques important du paysage littéraire pour l’un (Lowery, auteur de volcan…), politico-littéraire pour le second Trotsky, mais aussi d’une multitudes de personnes militantes, artistes… où le Mexique occupe une place importante, pays où tout ce beau monde s’est retrouvé quasi tous en même temps.

deville_1
J’avoue qu’à une seule reprise, j’ai été tenté de laisser tomber le livre, mais pile à ce moment, un truc dont l’auteur a eu le secret, a fait que je n’ai finalement pu interrompre ma lecture. Il faut aussi que j’avoue le peu de connaissance de ces personnages, chose en partie comblée grâce à cette lecture, aidé par moment par Wikipedia.
Ce livre n’est pas destiné au plus large public, quelqu’un qui n’a jamais lu, ou qui n’a lu que des Marc Levy sera complètement largué.

Lire la suite

Colors of Afghanistan


D’excellentes photographies dans ce blog d’un certain Steve McCurry.

Meursault, Contre-enquête de Kamel Daoud


Mise en page 1Auteurs :Kamel Daoud

Titre : Meursault, Contre-enquête

Edition : Barzakh éditions (Novembre 2013), Actes Sud (Mai 2014)

Quatrième de couverture: « Un homme, tel un spectre, soliloque dans un bar. Il est le frère de l’Arabe tué par Meursault dans L’Étranger, le fameux roman d’Albert Camus. Il entend relater sa propre version des faits, raconter l’envers du décor, rendre son nom à son frère et donner chair à cette figure niée de la littérature: l’« Arabe ».Iconoclaste, le narrateur est peu sympathique, beau parleur et vaguement affabulateur. Il s’empêtre dans son récit, délire, ressasse rageusement ses souvenirs, maudit sa mère, peste contre l’Algérie – il n’épargne personne. Mais, en vérité, sa seule obsession est que l’Arabe soit reconnu, enfin.Kamel Daoud entraîne ici le lecteur dans une mise en abîme virtuose. Il brouille les pistes, crée des effets de miroir, convoque prophètes et récits des origines, confond délibérément Meursault et Camus. Suprême audace : par endroits, il détourne subtilement des passages de L’Étranger, comme si la falsification du texte originel était la réparation ultime. »

 

Jusque là, finaliste au prix Goncourt, Meursault, Contre-enquête de Kamel Daoud est un roman au dessus de la mêlée dans le paysage littéraire algérien de ces dernières années, et peut être le sera-t-il en France cette année.

L’auteur algérien s’attaque d’une manière assez frontale à un mastodonte de la littérature française, Albert Camus, et à son œuvre monumentale, l’Etranger. Personnage controversé pour plusieurs raisons, plus jeune prix Nobel de son époque, ses combats politico-identitaires jugés pas assez tranchés, il se retrouve cette fois-ci confronté à un jeune auteur algérien, peu connu en France, et sa propre lecture de l’Etranger, une lecture très algérienne, solidement nationaliste (nationaliste dans le sens premier, pas politique, je veux dire) et presque enragée. Il reproche principalement à Albert Camus, de ne pas avoir nommé l’ « arabe », assassiné par Meursault, et pourquoi l’avoir tant négligé… l’angle d’attaque est original, novateur mais aussi casse gueule, pourtant Daoud réussit très bien son coup de maître.

Par la voix du jeune frère de cet arabe à qui il donne un nom à cette occasion, une voix qui se confond par moment avec la sienne, et accusant un Meursault très ressemblant à un Camus et à son parcours, il raconte la vie détruite par ce meurtre gratuit, aux conséquences inimaginable pour le narrateur, à la fois fragile, enragé, contre l’injustice de ce meurtre, mais aussi et peut être surtout, l’injustice qu’apporte la vie en Algérie depuis l’indépendance à nos jours, c’est-à-dire l’Algérie d’aujourd’hui, et ce sont là des détails sur lesquels il insiste beaucoup.

Ce livre m’a beaucoup troublé et frappé, déjà par la beauté de son style, ainsi qu’aux références multiples à l’Etranger de Camus, le contrairekamel-daoud aurait été surprenant, mais aussi par la sensibilité à la fois de l’auteur et de son narrateur, qui est très proche de la mienne. Cette recherche de liberté intellectuelle et spirituelle, le danger qu’ils peuvent engendrer si l’en s’obstine à la gagner coute que coute dans une Algérie actuelle!

Je n’avais pas beaucoup lu Kamel Daoud, contrairement à mon ami Osmane, qui fait plus que le lire, puisqu’il l’étudie, le décortique de toute son érudition. Moi c’est surtout sa chronique quotidienne Raïna raïkom sur le journal francophone Le Quotidien d’Oran, qui me semble-t-il a dirigé un moment. Dans cette chronique, Daoud porte son regard ironique et inquisiteur sur la vie politique et sociétale de l’Algérie. Inquisiteur n’est peut être pas le meilleur qualificatif, disons plutôt intransigeant. Et ce qui est fort par contre chez Kamel Daoud, et là, je n’en doute pas, c’est son amour fou pour son pays.

J’avais également lu un recueil de nouvelles de Kamel Daoud, La préface du nègre, et en ai conclu la même chose qu’ici, Kamel Daoud est très agréable à lire, cependant, malgré un nombre de pages peu conséquent, il nécessite beaucoup de temps et de concentration, et dans ce sens, il me rappelle une certaine œuvre de Kateb Yacine, un roman nommé Nedjma !

Petronille d’Amélie Nothomb


petronilleAuteurs : Amélie Nothomb

Titre : Petronille

Edition : Albin-Michel éditions (180 pages)

Date : 20 août 2014

 

Quatrième de couverture: « Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans. »

Je ne fais pas partie des inconditionnels de cette auteure, mais je la lis sans déplaisir. Aussi, en hommage à mon ami Douja qui l’adore, et aux rares moments passés avec elle, j’ai lu, avec un certain plaisir la cuvée belge 2014 de cette rentrée littéraire.

Le livre est plein d’humour et le style est comme à chaque fois très fluide, très plaisant, et c’est pour moi l’un des secrets d’Amélie Nothomb. Aussi son côté original n’est pas restreint à son style vestimentaire. On peut déjà vérifier cela à la télévision à chaque rentrée littéraire, mais aussi à l’occasion de ce livre ; les noms de ses personnages ont également ce don d’être à la fois ordinaire, et des être d’exception. Petronille Fanto chez qui j’ai décelé un peu le caractère trempé de mon amie sus-citée, est une fan, qui devient vite une camarade de beuverie, surtout de champagne, puis une auteure au  succès grandissant, au fil du livre.

L’on apprend que le mot  pneu est présent dans tout les romans de Nothomb, et ce petit et intelligent coup de marketing nous donne l’envie de vérifier en lisant toute l’œuvre. Je n’aurai pas à en relire beaucoup vu que celui ci est mon quatrième après Stupeur et tremblement, Métaphysique des tubes et Acide sulfurique que j’avais particulièrement apprécié.

amelier_nothomb_coul_240px

Je n’ai pas trouvé que le champagne prenait une si grande place que cela dans l’histoire, j’y vois à peine un bon prétexte, une bonne amorce pour y construire son histoire. La fin abrupte du livre, à moitié dévoilé sur France Inter sur le Masque et la plume, est très bizarre. L’impression que j’ai eu est que l’auteur n’ayant subitement absolument plus rien dire, a décidé tout simplement de tirer sur le tas, je ne dirais pas sur qui, je vous laisse le plaisir de le découvrir.

 

 

La formule de Dieu de José Rodrigues dos Santos


la formule de dieuAuteurs : José Rodrigues dos Santos

Titre : La formule de Dieu

Edition : Pocket édition

Date : 09/2009

Quatrième de couverture : « Le Caire, de nos jours. Le cryptologue portugais Tomás Noronha se voit confier le décryptage d’un manuscrit original. Son nom ? Die Gottesformel, la Formule de Dieu. Son auteur ? Albert Einstein lui-même. L’enjeu ? Le mode d’emploi d’une bombe nucléaire surpuissante. Précipité malgré lui au coeur d’une affaire d’espionnage international, Noronha plonge dans les secrets de l’atome… et dans un mystère bien plus grand encore.. »

Un peu à la manière d’un Dan Brown, José Rodriguez Dos Santos réussit son coup dans ce roman palpitant. Il essaie à travers différentes réalités scientifiques de poser une théorie qui pourrait expliquer le rôle de l’humanité, le but de notre existence et de la création (vu que cette dernière semble admise), bref tout ce à quoi la foi personnelle est sensée répondre.

L’intrigue du livre est entrainante, et assez classique j’ai envie de dire. Un scientifique portugais se retrouve coincé entre deux feux, entre deux services secrets ennemis, américains et iraniens, et il va, en tentant de déchiffrer un manuscrit codé, laissé par Einstein, Albert de son prénom. Le hasard faisant bien les choses, Tomàs est cryptologue à l’université de Coimbra. Mais le hasard existe-t-il vraiment ? C’est aussi à cela que le livre nous invite à réfléchir. Aussi, il tente de nous réconcilier avec la physique, les mathématiques et la synthèse de toute science, avec la philosophie.

Un roman à découvrir !

Allez, il se fait tard.  J’y vais, A+ José-Rodrigues-dos-Santos

Billet de lecture entrant dans le cadre du challenge Tour du Monde logo3

Pays N°: 35. Portugalflag_of_Portugal

L’aventure d’Albarka de Boubou Hama et Andrée Clair


albarka11Auteurs : Boubou Hama & Andrée Clair

Titre : L’aventure d’Albarka

Edition : EDICEF . NEA (collection Afrique en poche) (110pages)

Date : 09/2009

Quatrième de couverture : « Vers 1910, le tout jeune Albarka mène une vie tranquille à Fonéko, petit village Sonraï du Niger. Il joue avec ses petits camarades, sa répond à ses questions, sa grand-mère lui conte des histoires, son père lui apprend la brousse. Et puis un jour, un messager arrive, apportant un ordre du commandant blanc. L’épouvante entre dans le cœur d’Albarka dont toute la vie va être bouleversée. Ballotté d’abord par les évènements, Albarka, peu à peu, se ressaisit et maitrise sa nouvelle vie. Mais tout n’est pas si simple ! »

albarkaPetit livre de jeunesse, entrant dans le cadre du challenge Tour du monde, pour le Niger (pays voisin et lointain à la fois, où je compte beaucoup d’amis), challenge qui souffrit d’une grande et longue léthargie, tout comme l’activité de ce blog ces derniers mois.

boubouCoécrit par Andrée Clair, une grande amie du Niger et Boubou Hama, écrivain et politicien nigérien, qui retrace ici, dans ce petit livre, et sans le préciser pour autant, sa propre histoire. Petit livre de jeunesse, au style clair, simple et au ton didactique, il raconte l’itinéraire du petit Albarka, né dans la brousse, et qui vécut l’arrivée de ce qui lui et ses semblables vivait comme une occupation, une colonisation, et ce que les français, ces blancs considéraient comme de la pacification. Il y avait surement un peu des deux.

Sans manichéisme, l’auteur raconte le bonheur de la vie de tribu au milieu de la brousse, et ce qu’il considère être une chance, d’avoir appris à lire avec les français ce qui lui permit de mener sa vie! Il n’y a pourtant pas de rancœur envers ce blanc symbole de l’autorité!

Un grand merci à mon ami Nasser Damé de Niamey de m’avoir offert ce petit livre.

Lecture entrant dans le cadre du challenge tour du monde.logo3

Pays N°34 . Le Niger drapeau niger