• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 424 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 163,084 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Mes auteurs favoris


    John Maxwell Coetzee
    Alain Mabanckou
    Salim Bachi
    Yasmina Khadra
    Amin Maalouf
    Amin Zaoui
    Fouad Laroui
    Malek Haddad
    George Orwell
    Leïla Marouane
  • Babelio

    Mon profil sur Babelio.com
  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Décembre au bord d’Yves Hughes.


Petite lecture des éditions Librio. J’étais plein lecture (inachevée) de Pars vite et reviens tard de Fred Vargas que j’ai oublié chez des amis chez qui j’ai passé un week-end, et j’ai été séduit surtout par son petit volume. Je l’ai donc lu rapidement, le temps de retrouver mon polar.

Morin travaille dans une station service au bord d’une autoroute pas très loin de Paris où il réside. Il travaille de nuit, seulement trois fois pas semaines. Monique est sa collègue depuis pas de temps (des années a-t-on l’impression), mais ils n’échangent que quelques mots durant les longues nuits de travail, où ça ne se bouscule pas vraiment. Morin est aussi écrivain (raté ?). Il finit là son quatrième polar, sachant que ses trois premiers manuscrits ont été refusés. Morin n’écrit que dans la nuit du mercredi au jeudi. A minuit tapante, il descend à la laverie du coin faire sa lessive de la semaine, et juste après, il se met à écrire, en chemise blanche et cravate et en fumant des Philip Morris.

Pendant ses journées, habillé en Hercule Poirot, il prend en filature le directeur littéraire d’une maison d’édition, celui qui a refusé tous ses manuscrits. Il connait son homme par cœur, connait très bien ses habitudes, ses goûts, son entourage et même sa résidence secondaire.

Le personnage de ce court polar est à la limite de la psychopathie. Sa vie suit un programme quasi millimétré, en plus d’être truffé de comportements bizarres. Morin frôle la démence lors que son programme se retrouve chamboulé. Vivant reclus avec sa chienne Zohra, et sans activité sexuelle, il aurait été un bon sujet de l’étude freudienne. Peut être que Freud aurait vu en l’auteur lui-même un sujet intéressant, s’il avait lu ce bouquin.

Livre divertissant, avec des passages bien drôles, c’est une lecture qui même si elle n’apporte pas de plus, n’est pas une perte de temps. Ce fut pour moi, un bon plan d’occupation pour un trajet de deux heures.