• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 164,129 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

La famille de Pascal Duarte de Camilo José Cela


Auteur : Camilo José Cela

Titre : La famille de Pascal Duarte

Edition : Point 1997

Quatrième de couverture : « Dans la prison de Badajoz, un condamné relate longuement sa vie et revient sur le sort funeste de sa femme, de ses enfants, de ses proches. A son contact, toutes les existences semblent s’être effritées – comme s’effrite la terre d’Espagne, tuée par le soleil,  » le vent mauvais et perfide « . Semblable aux héros des grandes tragédies classiques, Pascal Duarte est  » un modèle – un modèle qu’il ne faut pas imiter mais fuir ».

 

Souvent en littérature, les personnages sont tiraillés, blessés. Pascal Duarte ne déroge pas à la règle. Né dans un coin perdu de l’Espagne, à la frontière portugaise, Pascal Duarte semble sans relâche rattrapé par le mauvais sort. Une guigne tenace et récalcitrante qui le suit comme un ange gardien maléfique. Ses péripéties l’amène à être garroté, et pendant les derniers mois de sa vie, il rédige ses mémoires, où il essaie de se justifier mais avant tout recherche le pardon. Atteindra-t-il l’absolution ? Comment affrontera-t-il le moment ultime ? Il est bien préférable de lire le roman pour le savoir.

Ces mémoires sont adressés au meilleur ami de sa dernière victime, pour finalement atterrir entre les mains d’un « transcripteur » qui va y mettre de l’ordre, éclairant le lecteur et le guidant, et qui n’est autre que l’auteur.  Pascal Duarte y dépeint le paysage pastoral rude-doux mais surtout pauvre où il a grandi, entouré de femmes qu’il a aimées, haïes, puis tuées pour certaines, directement ou indirectement.  La lecture qui est fluide et très agréable, rappelle (comme le souligne Albert Bensoussan dans la présentation du livre) L’étranger d’Albert Camus (les deux romans sont parus la même année), notamment dans ce rapport pathologique que nouent Pascal Duarte et Meursault avec leurs mères respectives. Je conseille de lire la présentation après le roman, comme une sorte de postface. Cela vous permettra surement de mieux apprécier l’histoire.

Camilo José Cela a reçu le prix Nobel de littérature en 1989. Il est décédé en 2002.

Ce billet est réalisé dans le cadre du Challenge Tour du monde, organisé par Livresq.

Pays N°4 l’Espagne.

Prochaine escale : Cuba.