• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 747 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 192 984 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

  • Publicités

Katiba de Jean-Christophe Rufin


katibaTitre: Katiba

Auteur: Jean-Christophe Rufin

Edition: folio n° 5289 (464 pages)

Date: 25/08/2011

ISBN: 9782070442973

Quatrième de couverture:« Quatre touristes occidentaux sont assassinés dans le Sahara. L’attaque est signée «al-Qaida au Maghreb islamique», dont tout laisse à penser que les partisans veulent aller beaucoup plus loin et rêvent de frapper la France au cœur. L’événement est présenté par les médias comme un fait divers tragique mais il met en alerte les services de renseignements du monde entier. Au centre de leurs jeux complexes, Jasmine. Jeune fonctionnaire du Quai d’Orsay apparemment sans histoire, elle émerge peu à peu comme la pièce maîtresse d’une opération d’envergure inédite. Quels liens cette Française à l’élégance stricte entretient-elle avec le monde musulman? C’est en démêlant les fils les plus intimes de sa vie que la vérité se fera jour et que le suspense, haletant, trouvera son dénouement. Complice, victime ou agent double, Jasmine incarne le mélange de répulsion et de fascination que le fondamentalisme religieux exerce inconsciemment sur chacun de nous. »

Je ne regrette pas d’avoir laissé ce livre, acheté il y a plusieurs mois, comme le bon vin au fond de sa cave, se bonifier dans les étagères de ma bibliothèques. Ou était-ce juste l’idée de le savoir ici pendant tous ces mois, qui ont fait que je puisse l’apprécier encore plus. Surtout, le hasard de l’actualité coïncidant, avec l’opération Serval, la libération des otages … surlignent avec acuité son côté actuel.

De plus quand je découvre un auteur, je préfère toujours le lire par chronologie de ses parutions, et suivre ainsi l’évolution de sa plume, avoir une idée plus précise de l’élaboration de son inspiration. Je ne réussis pas toujours à suivre avec exactitude l’ordre chronologique, mais grosso modo, c’est ainsi que je procède.

Revenons à Katiba. Katiba est un grand roman. Je me souviens des premiers jours de sa parution, des échos positifs et dithyrambiques qu’il a suscités. Rufin était à ce moment là pour moi, un auteur inconnu, et c’est à partir de là que je me suis mis à la recherche de ses livres. Cette recherche est bien laborieuse et très aléatoire dans ma pauvre Algérie, mais là, c’est une autre histoire.

Déjà, avec L’Abyssin, Asmara et les causes perdues, ainsi qu’avec Un léopard sur le garrot, Rufin était pour un grand auteur, mais avec Katiba, il devient, toujours pour moi, et sans nul doute pour beaucoup d’autres aussi un immense écrivain, n’ayant vraiment rien à envier aux plus grands. Son intrigue riche en rebondissements, en déplacements, passionnante et prenante, le mélange de sensualité de ses personnages, une forme d’érotisme délicieuse, dans la retenue et empreint de pudeur, donnent de la matière à la machine à fantasmes que sont nos cerveaux fertiles et avides.

Comme l’auteur l’explique dans sa postface, le livre nous donne un aperçu riche et forcément réel de la situation géopolitique mondiale, et

régionale. Homme de terrain et de valeurs, Rufin ne fait que souligner dans chacun de ses lecteurs sa part d’humanité, ce mélange parfois rationnel, parfois absurde de doute, de passion et d’ambitions.

Roman passionnant d’une actualité persistante.

Publicités

Fiche du roman : Katiba de Jean-Christophe Rufin


katibaTitre: Katiba

Auteur: Jean-Christophe Rufin

Edition: folio n° 5289 (464 pages)

Date: 25/08/2011

ISBN: 9782070442973

Quatrième de couverture:« Quatre touristes occidentaux sont assassinés dans le Sahara. L’attaque est signée «al-Qaida au Maghreb islamique», dont tout laisse à penser que les partisans veulent aller beaucoup plus loin et rêvent de frapper la France au cœur. L’événement est présenté par les médias comme un fait divers tragique mais il met en alerte les services de renseignements du monde entier. Au centre de leurs jeux complexes, Jasmine. Jeune fonctionnaire du Quai d’Orsay apparemment sans histoire, elle émerge peu à peu comme la pièce maîtresse d’une opération d’envergure inédite. Quels liens cette Française à l’élégance stricte entretient-elle avec le monde musulman? C’est en démêlant les fils les plus intimes de sa vie que la vérité se fera jour et que le suspense, haletant, trouvera son dénouement. Complice, victime ou agent double, Jasmine incarne le mélange de répulsion et de fascination que le fondamentalisme religieux exerce inconsciemment sur chacun de nous. »

Médecin, engagé dans l’action humanitaire, Jean-Christophe Rufin a occupé plusieurs postes de responsabilités à l’étranger. Il est l’auteur d’essais consacrés aux questions internationales et de romans. L’Abyssin, Asmara et les causes perdues, Globalia, La Salamandre, Le parfum d’Adam et Katiba entre autres, ne cessent d’explorer la question de la rencontre des civilisations et du rapport entre monde développé et pays du Sud. Traduite dans le monde entier, son œuvre a reçu de nombreux prix, dont le prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil. Il a été élu à l’Académie française en juin 2008.*

Asmara ou les causes perdues de Jean-Christophe Rufin


Asmara_et_les_causes_perduesTitre: Asmara ou les causes perdues

Auteur: Jean-Christophe Rufin

Edition: folio n° 3492 ( 304 pages)

Date: 14/03/2001

ISBN: 9782070417308

Quatrième de couverture: « Asmara, ancienne capitale coloniale italienne, dresse encore sur le sol d’Afrique ses palais romains, ses villas toscanes et ses colonnades vénitiennes. C’est dans ce décor baroque et nostalgique, isolé du monde par trente ans de guerre civile, que débarque, en 1985, un groupe d’humanitaires français, venus porter secours aux victimes d’une invisible famine qui fait rage quelque part, loin sur les hauts plateaux arides qui entourent la ville.
Hilarion Grigorian, Arménien d’Érythrée, né avec le siècle, se fait, jour après jour, le narrateur cocasse de cette mission humanitaire avec ses querelles internes, ses passions intimes et tous les obstacles nés des manipulations politiques opérées par le gouvernement.Ce roman est un témoignage direct qui met pour la première fois en scène de l’intérieur cette génération orpheline des idéologies, qui a perdu les causes traditionnelles de l’engagement et qui les cherche du côté de l’action humanitaire. Mais c’est aussi l’évocation d’une Éthiopie qui, depuis des siècles, par la beauté de ses peuples, la force de ses paysages et la puissance de sa spiritualité rend fous d’amour ceux qui s’aventurent jusqu’à elle. »

Je crois que je suis en passe de devenir rufinophile. Je vous prie de bien vouloir accepter ce néologisme, mais sachez qu’il aurait pu être question de Jean-Christophe-rufinophilie, et avouez que c’est plus lourd en bouche.

Cette fois, Rufin nous emmène loin, mais pas vraiment en terre inconnue, puisque avec L’Abyssin, il nous avait déjà fait découvrir ces contrées est-africaine que sont l’Ethiopie et l’Erythrée. Mais les temps et les époques sont tellement différents que nous découvrons une nouvelle terre, dans une situation autre et beaucoup moins reluisante qu’à l’époque du Négus.

Il est question ici, à travers la narration d’un vieil homme, Hilarion Grégorian, arménien ancien marchand d’armes au parcours romanesque, de l’aide humanitaire. Cette question abordée ici sous toutes les coutures, est d’une grande complexité, et l’expérience de l’auteur dans ce domaine en est la principale source d’inspiration. Il est question de beaucoup de détails liés à l’organisation, à la sécurité et aussi et peut être surtout de politique. Car si l’aide humanitaire va où se trouve la misère et la famine, celles-ci sont la conséquence de la sècheresse (un peu), mais surtout de conflits politiques et militaires. L’aide humanitaire sensée viser la population civile victime, et se drapant de l’opinion politique la plus neutre, finit directement ou indirectement, après moult négociations et tergiversations, par jouer le jeu des belligérants.

Ce livre littéraire, et c’est aussi pour ça que la littérature existe, sonde l’être humain, ses capacité à gérer ses ambitions collectives et personnelles, contradictoires et manichéennes. Devons-nous puiser notre force motrice dans la vie, dans nos sentiments personnels et amoureux, ou dans notre quête pour le bien de tous. Cette force qui est en nous, et qui œuvre soit pour le bien, soit pour la mal est peu être le résultat d’un seul et même affrontement qui se fait à l’intérieur de nous, et tout le reste, je ne dirai pas qu’il ne dépend pas de nous, mais nous n’en avons pas le contrôle entier. Tout est question de relativité.

Van Damme, sors de ce corps!!

Bonne lecture à tous.

Jean-Christophe-Rufin-1Médecin, engagé dans l’action humanitaire, Jean-Christophe Rufin a occupé plusieurs postes de responsabilités à l’étranger. Il est l’auteur d’essais consacrés aux questions internationales et de romans. L’Abyssin, Asmara et les causes perdues, Globalia, La Salamandre, Le parfum d’Adam et Katiba entre autres, ne cessent d’explorer la question de la rencontre des civilisations et du rapport entre monde développé et pays du Sud. Traduite dans le monde entier, son œuvre a reçu de nombreux prix, dont le prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil. Il a été élu à l’Académie française en juin 2008.*

Fiche du roman : Asmara ou les causes perdues de Jean-Christophe Rufin


Asmara_et_les_causes_perduesTitre: Asmara ou les causes perdues

Auteur: Jean-Christophe Rufin

Edition: folion° 3492 ( 304 pages)

Date: 14/03/2001

ISBN: 9782070417308

Quatrième de couverture: « Asmara, ancienne capitale coloniale italienne, dresse encore sur le sol d’Afrique ses palais romains, ses villas toscanes et ses colonnades vénitiennes. C’est dans ce décor baroque et nostalgique, isolé du monde par trente ans de guerre civile, que débarque, en 1985, un groupe d’humanitaires français, venus porter secours aux victimes d’une invisible famine qui fait rage quelque part, loin sur les hauts plateaux arides qui entourent la ville.
Hilarion Grigorian, Arménien d’Érythrée, né avec le siècle, se fait, jour après jour, le narrateur cocasse de cette mission humanitaire avec ses querelles internes, ses passions intimes et tous les obstacles nés des manipulations politiques opérées par le gouvernement.
Ce roman est un témoignage direct qui met pour la première fois en scène de l’intérieur cette génération orpheline des idéologies, qui a perdu les causes traditionnelles de l’engagement et qui les cherche du côté de l’action humanitaire.
Mais c’est aussi l’évocation d’une Éthiopie qui, depuis des siècles, par la beauté de ses peuples, la force de ses paysages et la puissance de sa spiritualité rend fous d’amour ceux qui s’aventurent jusqu’à elle. »

Jean-Christophe-Rufin-1Médecin, engagé dans l’action humanitaire, Jean-Christophe Rufin a occupé plusieurs postes de responsabilités à l’étranger. Il est l’auteur d’essais consacrés aux questions internationales et de romans. L’Abyssin, Asmara et les causes perdues, Globalia, La Salamandre, Le parfum d’Adam et Katiba entre autres, ne cessent d’explorer la question de la rencontre des civilisations et du rapport entre monde développé et pays du Sud. Traduite dans le monde entier, son œuvre a reçu de nombreux prix, dont le prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil. Il a été élu à l’Académie française en juin 2008.*

*éditeur.

Un léopard sur le garrot (Chronique d’un médecin nomade) de Jean-Christophe Rufin


le léopard sur le garrotTitre: Un léopard sur le garrot

(Chronique d’un médecin nomade)

Auteur: Jean-Christophe Rufin

Edition: folio (320 pages)

Date: 15/05/2009

ISBN: 9782070359912

Quatrième de couverture: Médecin des hôpitaux, pionnier de l’humanitaire «sans frontières», écrivain, prix Goncourt 2001, aujourd’hui ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Christophe Rufin mène sa vie au grand galop. Selon une image tirée d’un poème de Senghor, il semble aller comme un cheval qu’un léopard aurait saisi au garrot. Pourtant, sous l’apparente diversité de cette existence, on distingue une unité profonde, née de la fidélité à une seule passion : la médecine, vécue comme un engagement total dans une discipline moins scientifique qu’humaniste. Voyage dans une vie, ce récit, en tirant sur ce fil qu’est la médecine, fait défiler sous nos yeux trente ans de notre histoire, d’un point à l’autre de la planète.
De nouveau, l’auteur de Rouge Brésil et de L’Abyssin offre au lecteur une belle aventure. Mais, cette fois-ci, c’est la sienne. »

Comme vous l’avez peut être remarqué en suivant mon blog, la lecture est pour moi une diversification entretien de ma culture mais surtout, la recherche du plaisir.  Et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai pu lire ce livre de jean-Christophe Rufin, auteur et médecin au parcours passionnant et aux influences multiples. De plus, ce genre de livre autobiographique, et écrit de cette manière, nous permet une certaine proximité, une sorte de relation imperceptible se créée entre nous nous et l’auteur ( en réalité entre nous et le livre).
Médecin de formation et humaniste de vocation, Mr Jean-Christophe ( qu’on peut appeler aussi Dr Rufin), partage avec nous ses expériences, avec moult confidences, multiples analyses, de faits parfois personnels parfois historiques, nous emmenant à travers ses incessantes pérégrinations et aventures dans des contrées aussi lointaines qu’en Asie, en Amérique centrale ou en Afrique de l’est, ou encore moins dépaysante pour moi comme  ses mois passés à Sousse en Tunisie. Il y est souvent en mission humanitaire, parfois en en mission diplomatique, ou alors en tant qu’écrivain à travers la France surtout.
Chargé de hauts et de bas, son parcours en dents de scie semble très enviable à posteriori.

Petit bémol, un certain paternalisme presque condescendant dans le ton, une ou deux fois seulement, due plus à mon avis par maladresse que par pur vanité. Mais c’est là aussi que réside la difficulté de ce genre d’exercice d’écriture autobiographique, c’est de paraître vaniteux en parlant de soi, malgré tous les efforts pour se draper de modestie, aussi sincère puisse t elle être.
Exercice complètement réussi selon moi d’ailleurs, je conseille ce livre à tout les médecins et étudiants en Médecine, surtout ceux amoureux de la lecture.

Jean-Christophe-Rufin-0Médecin, engagé dans l’action humanitaire, Jean-Christophe Rufin a occupé plusieurs postes de responsabilités à l’étranger. Il est l’auteur d’essais consacrés aux questions internationales et de romans. L’Abyssin, Asmara et les causes perdues, Globalia, La Salamandre, Le parfum d’Adam et Katiba entre autres, ne cessent d’explorer la question de la rencontre des civilisations et du rapport entre monde développé et pays du Sud. Traduite dans le monde entier, son œuvre a reçu de nombreux prix, dont le prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil. Il a été élu à l’Académie française en juin 2008.*

*éditeur.

Fiche du livre : Un léopard sur le garrot de Jean-Christophe Rufin


le léopard sur le garrotTitre: Un léopard sur le garrot

Auteur: Jean-Christophe Rufin

Edition: folio (320 pages)

Date: 15/05/2009

ISBN: 9782070359912

Quatrième de couverture: Médecin des hôpitaux, pionnier de l’humanitaire «sans frontières», écrivain, prix Goncourt 2001, aujourd’hui ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Christophe Rufin mène sa vie au grand galop. Selon une image tirée d’un poème de Senghor, il semble aller comme un cheval qu’un léopard aurait saisi au garrot.
Pourtant, sous l’apparente diversité de cette existence, on distingue une unité profonde, née de la fidélité à une seule passion : la médecine, vécue comme un engagement total dans une discipline moins scientifique qu’humaniste.
Voyage dans une vie, ce récit, en tirant sur ce fil qu’est la médecine, fait défiler sous nos yeux trente ans de notre histoire, d’un point à l’autre de la planète.
De nouveau, l’auteur de Rouge Brésil et de L’Abyssin offre au lecteur une belle aventure. Mais, cette fois-ci, c’est la sienne.

Jean-Christophe-Rufin-0Médecin, engagé dans l’action humanitaire, Jean-Christophe Rufin a occupé plusieurs postes de responsabilités à l’étranger. Il est l’auteur d’essais consacrés aux questions internationales et de romans. L’Abyssin, Asmara et les causes perdues, Globalia, La Salamandre, Le parfum d’Adam et Katiba entre autres, ne cessent d’explorer la question de la rencontre des civilisations et du rapport entre monde développé et pays du Sud. Traduite dans le monde entier, son œuvre a reçu de nombreux prix, dont le prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil. Il a été élu à l’Académie française en juin 2008.*

*éditeur.

L’Abyssin de Jean-Christophe Rufin (Audiobook)


l'abyssinAuteur: Jean-Christophe Rufin

Titre : L’Abyssin

Edition: Collection Écoutez lire, Gallimard

Date de parution: 21-06-2012

Contient 1 CD audio au format mp3. Durée d’écoute : environ 6 h.

Résumé: « À l’origine de ce livre, un fait historique : Louis XIV, le Roi-Soleil, est entré en relation avec le plus ténébreux, le plus mythique des grands souverains de l’Orient, le Négus. L’Abyssin est le roman de cette fabuleuse ambassade. Jean-Baptiste Poncet, jeune médecin des pachas du Caire, sera, par une extraordinaire réunion de circonstances, le héros de cette épopée baroque et poétique à travers les déserts d’Égypte et du Sinaï, les montagnes d’Abyssinie, de la cour du Roi des Rois à celle de Versailles et retour. L’Abyssin, tout en empruntant sa langue à Diderot et son rythme à Dumas, est un roman bien actuel, une parabole sur la haine du fanatisme, la force de la liberté et la possibilité du bonheur.
Claude Giraud nous emporte avec génie dans ce récit magistral, coloré et palpitant ! À ses côtés, onze comédiens donnent vie à toute une galerie de personnages hauts en couleurs. Jean-Yves Berteloot campe avec talent le beau et ténébreux Poncet… »

Les longs trajets en voiture me sont propice à l’écoute d’audiobook, ainsi j’ai choisi comme ça au hasard L’Abyssin de Jean-Christophe Rufin. L’histoire pleine d’aventures de ce « médecin » franc magnifiquement lue par Claude Giraud, ainsi qu’une douzaine d’autres « acteurs » est un pur plaisir, six heures durant, des cavales et des complots, dans les milieux diplomatiques des cours de Versailles, du Caire, de Constantinople et d’Abyssinie. Une magnifique construction romanesque, entre histoires d’amours impossibles et intrigues diplomatiques, basée sur un échange, un contact diplomatique entre Louis XIV et le Négus d’Abyssinie.

Au delà de l’œuvre romanesque historique, ce roman est une ode à la tolérance humaine, à la recherche d’un monde meilleur, cosmopolite, différent et constructif!