• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 164,118 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Une canne à pêche pour mon grand-père de Gao Xingjian


Auteur : Gao Xingjian

Titre : Une canne à pêche pour mon grand-père

Edition : Aube poche 2001 (128 pages)

Quatrième de couverture : « Souvenirs d’enfance, les bonheurs simples de l’amour et de l’amitié, le pays natal et ses lieux familiers, mais aussi les drames de la rue ou les tragédis vécues par la Chine, tels sont les thèmes de prédilection de ces six nouvelles choisies par l’auteur. Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, est également dramaturge, metteur en scène et peintre. Son œuvre foisonnante en fait l’un des plus grands créateurs de notre temps. »

Gao Xingjian peintre autant qu’écrivain, peint  à travers ce recueil de nouvelles, différentes situations, apparemment ordinaires, comme des portraits. Je ne sais pas si c’est le faite de le savoir peinte qui m’a influencé, mais à travers ce couple en voyage de noce qui fait escale quelque part, et finit par visiter un temple (où l’auteur nous transmet tant les plaisirs du jeune couple) ; à travers ce jeune homme qui passe à deux doigts de la noyade ; ou ce monsieur qui cherche dans sa mémoire le lac où il allait avec son grand père à la pêche ; ou cet accident de circulation, on a l’impression, après le point final de chaque nouvelle, de voire un tableau dessiné, net, clair et précis. il décrit des situations avec une telle exactitude, sans passions et sans trop d’émotions, desquelles découle presque mécaniquement une limpidité, une clarté concise et sans fioritures.

Je serai curieux de lire un roman de cet auteur, de voire, comment une intrigue pourrait être construite sur ce ton neutre, mais tellement claire.

C’est la deuxième fois que je lis ce livre.

Gao Xingjian est peintre, dramaturge, essayiste, metteur en scène et traducteur (les surréalistes, Ionesco et Beckett). Il vit en Seine-Saint-Denis depuis les événements de Tiennamen. La Montagne de l’âme est son premier roman et le premier prix Nobel chinois.

Ce billet rentre dans le cadre du Challenge Prix Nobel 2011, organisé par Mimi.