• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 751 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 165,094 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Mes films de la semaine #02


cherchez-hortense-affiche-50374c01982c3Cherchez Hortense de Pascal Bonitzer

Un Jean-Pierre Bakri comme à son habitude, dépressif et blasé. Bon, c’est vrai, il joue bien, mais l’a-t-on déjà vu faire le clown celui là ? C’est pas très novateur comme film, une classique comédie dramatique à la française.

Django-Unchained-afficheDjango unchained de Quantin Tarantino

avec un Jimmy Fox complètement rentré dans l’univers particulier de Tarantino, avec plein de pétard et de fausse hémoglobine par litre entier, le dernier Tarantino dans la forme d’un western à la fois hilarant que décapant. Ça change des films français. Je n’ai rien contre le cinéma français, la preuve je ne cesse de le suivre, contrairement à beaucoup de mes amis qui zappent directement dès qu’ils aperçoivent que le texte colle avec le mouvement des lèvres des acteurs. Ils ne cherchent pas à comprendre.

au_cas_ou_je_naurais_pas_la_palme_dor_xlgAu cas où je n’aurai pas la palme d’or de Renaud Cohen

Petite comédie sur l’univers du cinéma français. Un réalisateur français, juif, n’ayant pas réalisé depuis plus de dix ans, se lance dans un dernier film, dernier puisqu’il semble qu’il va bientôt mourir. Le processus lancé est très vite agrippé par des problèmes de financements. Du centre  national de la cinématographie (le fameux CNC), jusqu’à aux producteurs habituels, rien ne semble en faveur d’un éventuel aboutissement.  Sympathique comme film, mais surement pas la comédie de l’année.

PAULETTEPaulette de Jérome Enrico

Bon, comme je l’ai déjà dit, le cinéma français a toujours l’air d’un bon homme fauché par rapport au cinéma américain, cela s’illustre bien dans ce film. Un scénario pauvre, un casting moyen et un sujet d’actualité certes, mais traité avec un manque d’originalité manifeste. Si vous n’êtes pas vraiment amateur de cinéma français, passez votre chemin, ce n’est pas avec ce film que vous changerez d’avis. Je ne comprends même pas tout le battage médiatique qui a entouré la sortie de ce film.

vista mar hopital militaireVista Mar, Hôpital militaire.

Médecin américaine venue d’Irak où elle officiait en première ligne, une jeune charmante chirurgienne revient Californie avec un passé « chargé » et classé secret. Un film de série B, avec autant de panache que des commentaires d’un match de curling en plein désert. Le synopsis est beaucoup plus intéressant que le film lui-même. Vraiment nul.

case-depart-affiche-du-film

Case départ de et avec Thomas Ngijol et Fabrice Eboué.

Deux noirs parisiens se retrouvent au temps de la traite négrière, et vivent ce qu’ont connu leurs ancêtres. Une comédie légère, ni hilarante ni ennuyeuse, et qui mérite sa part d’attention. L’équipe est jeune, en plein apprentissage. Le jeu est parfois pauvre et surfait, mais globalement l’efficacité est atteinte.

Publicités

Fiche du roman : PostmMortem de Patricia Cornwell


cornwell_postmortemAuteur: Patricia Cornwell

Titre: PostMortem

Edition:  Le livre de poche  (288 pages)

Date de parution:01/11/1995

ISBN:  9782253114123

Quatrième de couverture: « Richmond, Virginie. Quatre femmes ont été torturées, violées, égorgées. Une femme noire et trois blanches. Rien, pas le moindre indice ne les relie entre elles, si ce n’est précisément l’assassin. Le docteur Scarpetta s’acharne à traquer le tueur en série. Il est intelligent, rusé et ne semble commettre aucune faute qui pourrait mettre les enquêteurs sur la voie. Elle sait qu’il n’arrêtera pas. Si elle ne trouve pas très vite une piste pour remonter jusqu’à lui, une autre femme va mourir. Tout semble se liguer contre la police et Kay pour favoriser le tueur. Peu à peu, Kay Scarpetta commence à se sentir menacée.
Postmortem remporte à sa sortie cinq prix internationaux parmi les plus prestigieux, notamment le prix Edgar Poe et le John Creasey Award, ainsi que le prix du Roman d’aventures. »

cornwell-photoPatricia Cornwell est membre émérite de l’Académie internationale du John Jay College de justice pénale dédié à l’étude des scènes de crime. Elle a contribué à fonder l’Institut de sciences médico-légales de Virginie et elle est membre du conseil national de l’hôpital McLean, affilié à Harvard, où elle défend la cause de la recherche en psychiatrie. Son premier roman, Postmortem, remporta dans la même année cinq des plus importants prix dont celui du Roman d’aventure en France. Une peine d’exception fut couronné par le Gold Dagger Award en 1993. En 2011, elle a été nommée Chevalier des arts et des lettres en France. Scarpetta, L’Instinct du mal et Havre des morts font partie de ses récents best-sellers internationaux, traduits en trente-six langues. Les enquêtes de Kay Scarpetta vont bientôt faire l’objet d’une adaptation cinématographique, dont les droits ont été acquis par Fox 2000, avec Angelina Jolie dans le rôle principal.

Le Premier Siècle après Béatrice d’Amin Maalouf


le premier siècle apres beatriceAuteur: Amin Maalouf

Titre: Le Premier Siècle après Béatrice

Edition:  Le livre de poche  (160pages)

Date de parution: 23/02/1994

ISBN:  9782253097822

Quatrième de couverture: « Que peut-il arriver lorsque des sortilèges millénaires se conjuguent à une science moderne aussi performante que dépourvue d’éthique ? Au départ, il y a de mystérieuses fèves, réputées favoriser les naissances de garçons, trouvées par le narrateur sur un marché égyptien. Puis c’est la raréfaction, un peu partout, des naissances féminines. Commence alors l’épopée d’un homme passionnément attaché à la « féminité du monde »… Le romancier de Samarcande (prix des Maisons de la Presse 1988) et des Jardins de lumière, prix Goncourt 1993 pour Le Rocher de Tanios, nous conte ici avec tendresse et humour une fable sur la folie des hommes. »

Deuxième lecture pour ce roman d’Amin Maalouf, toujours avec autant de plaisir, comme à chaque fois que je lis Amin Maalouf. Le lire, comprendre sa pensée, le cheminement de celle-ci, ses arguments, dans son style fluide et doux  est une source d’une grande extase littéraire. Lire Amin Maalouf, autant de fois que possible n’est jamais une perte de temps. J’ai presque lu toute son œuvre (ses deux derniers livres mis à part).

Avec ce roman, au long titre, Le Premier Siècle après Béatrice, je renoue avec le roman d’anticipation. Après Gonzo Lubitsh de Nick Hackaway  et Aux Etats-unis d’Afrique d’Abdourahman A. Waberi, voici donc un troisième, beaucoup plus réaliste, plus réalisable aussi dans une certaine mesure. Il se base sur une théorie selon laquelle, l’homme par le moyen d’une substance accessible à tous,  privilégiait les naissances masculines, dans le but d’avoir un héritier. Un déséquilibre mondial s’installe, avec des répercussions planétaires, accompagné d’une nuée de théorie de complot, les unes accusant les autres, le chaos mondial est presque abouti. L’apocalypse. Certaines de ces répercussions, nous les vivons actuellement, nous les apercevons, pour des motifs différents. Elles sont parfois peu visibles, difficilement quantifiables pour pouvoir les maitriser, mais elles sont là, et avec les problèmes économiques actuels, on refuse de les considérer. Il s’agit entre autre de la discrimination, sous toutes ces formes (sexuelle, ethnique (je voulais mettre raciale, mais le mot race n’est plus à la mode), sociale ou politique), qui s’insinuent, s’infiltrent en nous même, insidieusement mais sérieusement.

Ce livre devient, s’il est relu dans la conjoncture mondiale actuelle, il sera perçu comme un livre d’actualité. Bien qu’édité en 1994, il l’est devenu, par sa force anticipatoire et prémonitoire presque vingt plus tard, notamment par la description de cette fracture horizontale, cette ligne de démarcation entre le nord, occidental « démocratique » et « civilisé » et le sud « tiers-mondiste ». Il n’y a qu’à bien regarder comment les médias occidentaux traitent les sujets d’actualité du monde, à leurs exigences  à deux vitesses, celle des deux poids deux mesures. Cela s’illustre par exemple dans le décalage dans la manière d’aborder des sujets d’actualités, où l’outrage est plus grand dans des affaires comme celle de Cahuzac, du Mediator, des prothèses mammaires PIP, ces sujets du nord, par rapport à des sujets qu’on ne traite pas avec la même sévérité, comme la guerre au Mali, en Syrie, en Palestine, aux morts par centaines…

maalouf_aminAmin Maalouf est l’auteur de plusieurs livres dont Léon l’Africain, Samarcande, Le Rocher de Tanios (prix Goncourt 1993) et Origines… Ce nouvel ouvrage s’inscrit dans la lignée de son essai Les Identités meurtrières, publié en 1998, qui est aujourd’hui au programme de nombreuses universités à travers le monde.

Le Symbole perdu de Dan Brown


Dan-Brown-Le-Symbole-perdu-pocheAuteur: Dan Brown

Titre: Le Symbole perdu

Edition:  Le livre de poche  (736pages)

Date de parution: 02/02/2011

ISBN:  9782253134176

Quatrième de couverture:  » Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d’urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut grade, pour une conférence à donner le soir même. En rejoignant la rotonde du Capitole, il fait une macabre découverte. Ce sera le premier indice d’une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie. Une aventure où s’affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon. »

Nous voilà embarqué une nouvelle fois avec l’illustre et malgré lui aventurier, l’Indiana Jones des temps modernes, Robert Langdon. Il a définitivement les traits de Tom Hanks (même s’il n’y a pas encore d’adaptation pour ce volet ci), ainsi que le don et/ ou la destinée de flirter avec la mort à chaque aventure. Passera-t-il un de ces jours de vie à trèpas, attendons de lire la prochaine aventure intitulé Inferno sur la trace de L’Enfer de Dante.

Pour le moment ce professeur d’Harvard est à Washington à la recherche du Symbole Perdu au milieu des arcanes du pouvoir intriquées avec celle de la franc-maçonnerie. Appelé par son ami Peter Salomon à la rescousse, piégé par un sombre maitre-chanteur, harcelé et poursuivi par la CIA, au début le jeu du Who’s who semble d’une opacité totale. Puis, au fur et à mesure que l’on avance, les contours de l’intrigue se dessinent progressivement, dans un suspens haletant et efficace, Davincicodesque, on le dire ici aussi.

Nous retenons donc que Dan Brown ne change pas de recette, celle d’un pavé avec beaucoup de courts chapitres, et Robert Langdon qui ne perd pas son temps pour former un couple naissant, ce qui donne de la sensualité…

N’ayez pas peur de la taille du pavé, les 720 pages s’écoulent très vite, à un rythme à mesure du suspens!!

dan-brown

Fiche du roman : Le Premier Siècle après Béatrice d’Amin Maalouf


le premier siècle apres beatriceAuteur: Amin Maalouf

Titre: Le Premier Siècle après Béatrice

Edition:  Le livre de poche  (160pages)

Date de parution: 23/02/1994

ISBN:  9782253097822

Quatrième de couverture: « Que peut-il arriver lorsque des sortilèges millénaires se conjuguent à une science moderne aussi performante que dépourvue d’éthique ? Au départ, il y a de mystérieuses fèves, réputées favoriser les naissances de garçons, trouvées par le narrateur sur un marché égyptien. Puis c’est la raréfaction, un peu partout, des naissances féminines. Commence alors l’épopée d’un homme passionnément attaché à la « féminité du monde »… Le romancier de Samarcande (prix des Maisons de la Presse 1988) et des Jardins de lumière, prix Goncourt 1993 pour Le Rocher de Tanios, nous conte ici avec tendresse et humour une fable sur la folie des hommes. »

maalouf_amin

Amin Maalouf est l’auteur de plusieurs livres dont Léon l’Africain, Samarcande, Le Rocher de Tanios (prix Goncourt 1993) et Origines… Ce nouvel ouvrage s’inscrit dans la lignée de son essai Les Identités meurtrières, publié en 1998, qui est aujourd’hui au programme de nombreuses universités à travers le monde.

Fiche du roman : Le Symbole perdu de Dan Brown


Dan-Brown-Le-Symbole-perdu-pocheAuteur: Dan Brown

Titre: Le Symbole perdu

Edition:  Le livre de poche  (736pages)

Date de parution: 02/02/2011

ISBN:  9782253134176

Quatrième de couverture:  » Robert Langdon, professeur en symbologie, est convoqué d’urgence par son ami Peter Solomon, philanthrope et maçon de haut grade, pour une conférence à donner le soir même. En rejoignant la rotonde du Capitole, il fait une macabre découverte. Ce sera le premier indice d’une quête haletante, des sous-sols de la Bibliothèque du Congrès aux temples maçonniques, à la recherche du secret le mieux gardé de la franc-maçonnerie. Une aventure où s’affrontent les traditions ésotériques et la formidable intelligence de Robert Langdon. »

dan-brownFils d’un professeur de mathématiques et d’une musicienne professionnelle, Dan Brown a grandi entouré de philosophies paradoxales, entre sciences et religion. Diplômé du Amherst College et de l’université de Phillips, Exeter, il a enseigné un temps la littérature anglaise avant de se consacrer à l’écriture. En 1996, son intérêt pour le décryptage des codes secrets et le fonctionnement des agences gouvernementales l’amène à rédiger son premier roman, Forteresse digitale. Suivra Deception Point, qui traite des mêmes thèmes. Son inspiration s’oriente alors vers l’opposition entre science et religion : ce sera Anges et Démons. Avec sa femme, Blythe, Dan Brown commence ensuite à travailler à une série de thrillers ayant trait à la science des symboles, et mettant à nouveau en scène son célèbre héros Robert Langdon, un professeur de Harvard en iconographie et art religieux. Ainsi est né Da Vinci Code, qui a rencontré un triomphe international. Dan Brown travaille actuellement à un nouveau roman.

Demain j’aurai vingt ans d’Alain Mabanckou, lu par l’auteur (Audiobook)


(Jaq DEMAIN 20 ANS.qxd:  Jaquette LA PREMIéRE GORGƒAuteur: Alain Mabanckou
Titre : Demain j’aurai vingt ans
Edition: Collection Écoutez lire, Gallimard

Date de parution: 09-09-2010

Contient 2CD audio au format mp3. Durée d’écoute : env. 9 h 30 mn

Résumé: «Je souhaite que l’auditeur ressente dans les variations de ma voix toutes les émotions qu’il ne pourrait trouver en ne lisant que le livre. Cette émotion-là est difficile à jouer. Je n’ai pas joué, j’ai fermé les yeux et j’ai entendu les échos de cette enfance…»L’écoute en classe de ces CD est autorisée par l’éditeur.

Demain, j’aurais vingt ans nous mène dans l’univers de l’enfance de l’auteur, encore écolier dans la ville congolaise de Pointe-Noire, un univers plein d’innocence, de poésie, d’amour et de tristesse par moment. La lecture de l’auteur de son propre texte est une grande réussite, et ça donne au texte une grande puissance et surtout une très grande intimité. A la fin du livre, on a même l’impression de connaitre l’auteur, d’avoir été l’un de ses petits camarades de classes, d’avoir mangé en sa compagnie un plat de viande de bœuf au haricots, en écoutant Roger Guy Folly parler du Shah d’Iran (Capitale: Téhéran), ou en écoutant l’homme aux grosses moustaches pleurer son arbre, ou encore crier en sa compagnie Ali Bomayé quand éclate quelque part une bagarre.

Mabanckou nous raconte de vive voix son histoire, nous brosse le tableau culturel, social et politique de son pays, à travers son regard de petit garçon qu’il a impeccablement su garder. Marx, Engels n’ont, semble-t-il aucun secret pour lui. Et aussi, comment le pouvoir d’alors, d’obédience communiste, mène une politique de droite!!

Comme dirait l’autre, Bref, j’ai écouté un bon livre.

Malheureusement, je n’ai lu qu’une infime partie de l’œuvre d’Alain Mabanckou. Ou peut être tant mieux, cela veut dire aussi que j’aurais un jour le plaisir de la lire, cela dépend de l’angle de vue.

Alain mabanckou