• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 164,119 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

L’Arche de Noé de Khaled Al Khamissi


l'arche de noéAuteur: Khaled Al Khamissi

Titre: L’Arche de Noé

Edition: ACTES SUD éditions

Quatrième de couverture: « L’auteur de Taxi campe ici, avec la même verve et le même talent de conteur, douze personnages dont les destins se sont croisés avant ou après avoir émigré à la recherche d’un emploi – ou tenté de le faire. Le premier, Ahmad Ezzedine, est un jeune licencié en droit qui ne parvient pas à accéder au poste qu’il a toujours ardemment souhaité, faute de pouvoir payer le pot-de-vin “réglementaire”. Il se décide à partir pour les États-Unis et rompt avec sa fiancée. Celle-ci est contrainte par ses parents à se marier avec un restaurateur déjà installé à New York. Il est assisté de son cuisinier et homme à tout faire, Abd al-Latif Awad, entré clandestinement aux États-Unis après un périple rocambolesque en Amérique du Sud. Mais Abd al-Latif ne tarde pas à se mettre au service d’un homme d’affaires véreux qui a réussi à passer sa grosse fortune à l’étranger et dont le fils, Farid, mène à Londres une vie de bâton de chaise… Défilent ensuite les autres personnages : le professeur de philosophie dans une université britannique, son cousin reconduit en Égypte après une tentative ratée d’immigration clandestine, le jeune Nubien d’Assouan, le passeur débrouillard, la doctoresse copte, la prostituée.À travers ces portraits se révèle une société sur le point d’exploser, minée par la corruption, la répression politique et les discriminations confessionnelles ou ethniques. À la lumière des événements de 2011 en Égypte, ce roman de Khaled Al Khamissi, paru en 2009, frappe par sa puissance prémonitoire. »

881401_taxiSur la quatrième de couverture l’éditeur nous dit que l’Arche de Noé est écrit avec la même verve et le même talent que Taxi, son texte précédent. Que nenni ! L’auteur a vraiment fait montre d’une inspiration exceptionnelle, pour nous livre ce texte à la fois sulfureux et extraordinaire.

Du point de vue de la forme d’abord, la structure linéaire, avec une présentation des personnages, comme autant de maillon dans une chaine, pour finalement se retrouver, se croiser  tous, comme dans une apothéose à la fin du roman.

Du point de vue du fond, L’arche de Noé est un roman riche en couleur, en destins entremêlés et croisés, riche en émotions et tout autant en espoir qu’en désespoir. L’auteur, malgré une analyse dénonciatrice est au dessus de tous pathos ou autres lourdeurs, tout en faisant montre d’une fine analyse prémonitoire et anticipatoire. C’est en faite, un excellent roman d’anticipation d’un nouveau gendre, car d’une anticipation à très court terme, ceci dû à une lecture de sa société pleine d’intelligence et de compréhension.

Digne héritier d’un Naguib Mahfouz, Khaled Al Khamissi est pour moi, avec Alaa Al Aswani, l’un des auteurs égyptiens les plus importants de sa génération.

Fiche du roman : Amours et aventures de Sindbad le marin de Salim Bachi


amours-et-aventures-de-sindbad-le-marin4Auteur: Salim Bachi

Titre: Amours et avetures de Sindbad le marin

Edition: Gallimard éditions 09/2010 (288 pages)

Quatrième de couverture: Sindbad le Marin, par la grâce du roman, renaît sous les traits d’un jeune homme aventureux et espiègle, dans l’Algérie d’aujourd’hui soumise aux caprices de Chafouin Ier.De la rive sud de la Méditerranée jusqu’à Damas, en passant par Rome, Paris, Alep ou Bagdad, cet amant des femmes et de la beauté se lance dans une quête éperdue du bonheur.Fable sur notre temps, conte cruel parfois, le roman relate la vie d’un homme à la recherche de l’amour absolu – un homme dont les rêves et les espérances finiront, avec le temps, par se teinter de nostalgie.

Après un premier séjour en France en 1995, Salim Bachi décide de revenir à Paris en 1997 pour étudier les lettres à la Sorbonne. C’est en 2001 que sort finalement son premier roman ‘Le Chien d’Ulysse’, salué par la critique. Suivront ensuite un deuxième roman, ‘La Kahéna’ (2003), et un récit, ‘Autoportrait avec Grenade’ (2005). En 2006, après un an de résidence au sein de la Villa Médicis à Rome, il sort son troisième roman, ‘Tuez-les tous’, dans lequel il se met dans la peau d’un terroriste du 11 septembre. La même année, il écrit Bachi-Salimun recueil de nouvelles intitulé ‘Les douze contes de minuit’, traitant de la vie difficile en Algérie. 2008 signe la sortie de ‘Le silence de Mahomet’, qui met en scène des proches du Prophète se remémorant l’homme qu’il a été. Son dernier ouvrage, ‘Amours et aventures de Sindbad le marin’, est sorti en septembre 2010. Influencé par des auteurs tels que Driss Chraïbi ou Rachid Mimouni, Salim Bachi s’attache à écrire sur l’Algérie et tout ce qui fait son histoire, de la colonisation au terrorisme islamique.*

Bien le billet sur le roman égyptien L’Arche de Noé de Khaled Al Khamissi

*Source; evene.fr

Fiche du roman: L’arche de Noé de Khaled Al Khamissi


l'arche de noéAuteur: Khaled Al Khamissi

Titre: L’Arche de Noé

Edition: ACTES SUD éditions

Quatrième de couverture: L’auteur de Taxi campe ici, avec la même verve et le même talent de conteur, douze personnages dont les destins se sont croisés avant ou après avoir émigré à la recherche d’un emploi – ou tenté de le faire. Le premier, Ahmad Ezzedine, est un jeune licencié en droit qui ne parvient pas à accéder au poste qu’il a toujours ardemment souhaité, faute de pouvoir payer le pot-de-vin “réglementaire”. Il se décide à partir pour les États-Unis et rompt avec sa fiancée. Celle-ci est contrainte par ses parents à se marier avec un restaurateur déjà installé à New York. Il est assisté de son cuisinier et homme à tout faire, Abd al-Latif Awad, entré clandestinement aux États-Unis après un périple rocambolesque en Amérique du Sud. Mais Abd al-Latif ne tarde pas à se mettre au service d’un homme d’affaires véreux qui a réussi à passer sa grosse fortune à l’étranger et dont le fils, Farid, mène à Londres une vie de bâton de chaise… Défilent ensuite les autres personnages : le professeur de philosophie dans une université britannique, son cousin reconduit en Égypte après une tentative ratée d’immigration clandestine, le jeune Nubien d’Assouan, le passeur débrouillard, la doctoresse copte, la prostituée.À travers ces portraits se révèle une société sur le point d’exploser, minée par la corruption, la répression politique et les discriminations confessionnelles ou ethniques. À la lumière des événements de 2011 en Égypte, ce roman de Khaled Al Khamissi, paru en 2009, frappe par sa puissance prémonitoire.

881401_taxiNé au Caire, Khaled al-Khamissi est producteur, réalisateur et journaliste. Diplômé de sciences politiques de l’université du Caire et de relations internationales de l’université de Paris-Sorbonne, il est l’auteur de Taxi (Actes Sud, 2009), devenu rapidement un bestseller et aussitôt traduit en plusieurs langues européennes, et de L’Arche de Noé (Actes Sud, 2012). Depuis le 25 janvier 2011, il est l’un des principaux relais de la révolution égyptienne auprès des médias français.

Les mains rouges de Jens Christian Grondahl


les mains rougesJ’avais découvert cet auteur voici deux ans environ, sur Les carnets de routes de François Busnel, l’année où la littérature scandinave a été à l’honneur à la foire du livre de Paris. Mr Busnel nous avait fait découvrir entre autres Henning Mankell, Jo Nesbo ainsi que Jens Christian Grondahl que j’ai trouvé un peu par hasard dans l’à-peu-prêt-unique librairie d’Annaba. J’étais d’autant plus empressé de le lire que je comptais le faire dans le cadre du Challenge Tour du monde, organisé  par Julie Livresque. Quelqu’un sait ce qu’elle est devenue ? Son blog n’existe plus et elle est inactive sur Facebook depuis plus d’un an.

Je reviens à ma lecture. Dans ce roman, Les mains rouges, il s’agit de l’histoire de deux personnages qui ne se connaissent pas vraiment, sinon très peu. La fille, Sonja, rentre furtivement dans la vie du garçon, le narrateur. La rencontre se passe dans les années soixante-dix, et ils se retrouvent (je dirai plutôt qu’il l’a retrouve, un peu par hasard) une quinzaine d’année plus tard.

Les deux personnages, mais surtout la fille, sont une sorte de Mr Meurlsaut l’étranger d’Albert Camus. Effectivement, Mr Grondahl semble avoir été fortement influencé par L’Etranger. Sonja, au début surtout, subit les évènements qui l’entourent, ne semble avoir aucune envie, et se laisse aveuglément guider par ce qu’on pourrait appeler le destin. Elle finit par flirter avec le banditisme, et participe sans le savoir à un holdup qui fait un mort.

Plus tard, ce qui ressemble à des remords la pousse vers une rédemption. Accompagnée par un homme (le narrateur, très passif dans le roman) qu’elle a croisé furtivement, et qui, curieux cherche à connaitre son histoire, son itinéraire.  J’avoue cependant ne pas avoir compris le but de ce roman. Peut être s’agit-il d’une spécificité scandinave. La lecture est cependant agréable, et même si je n’ai pas trop cerné cet auteur, je ne trouve pas avoir perdu mon temps.

 Jens Christian Grøndahl

Ce roman rentre dans le cadre du challenge Tour du monde organisée par Livresque.

Pays N° 31 DanemarkFlag_of_Denmark.svg.

Fiche du roman : Les mains rouges de Jens Christian Grondahl


les mains rougesAuteur: Jens Christian Grondahl

Titre: Les mains rouges

Editions: folio éditions (mars2011/ 178 pages)

 

Quatrième de couverture: « Nous sommes en 1977. Un jeune homme croise à la Gare Centrale de Copenhague une jeune femme « dégingandée, les cheveux châtains en bataille et le visage anguleux ». Il l’héberge quelques jours avant de découvrir qu’elle lui a donné un faux nom – elle s’appelle Sonja et non Randi. Elle disparaît, laissant la clef d’un casier contenant un sac rempli de billets de banque…
Il la retrouve quinze ans plus tard. Cette fois, Sonja accepte de lui raconter sa vie. « 

Jens Christian Grøndahl
Les mains rouges confirme le grand talent de Jens Christian Grøndahl, passé maître dans l’évocation des existences au carrefour de la grande et de la petite histoire.

Ce roman est lu dans le cadre du challenge tour du monde, organisé par livresque.

Le gendarme scalpé de Thierry Bourcy


le gendarme scalpéOn connait mieux la seconde guerre mondiale que la première. Je ne sais pas si parce que c’est la dernière et donc la plus récente, en tout cas, côté littéraire et cinématographique, sur le fond d’une Shoah qui inspire de part son atrocité beaucoup  de personnes, on connait finalement moins la première et ses poilus.

Thierry Bourcy semble déroger à cette règle, et montre sa passion pour la première guerre mondiale, à travers cinq romans traitant cette période, à travers l’inspecteur de police Célestin Louise, dont je viens de lire la cinquième volet – Le gendarme scalpé.

Nous suivons donc les aventures du soldat Célestin Louise flanqué de son adjoint et apprenti enquêteur Germain Béraud, ancien petit voyou, et ces deux poilus tentent de découvrir qui a tué un gendarme français, à un moment où la guerre traine, la fin semble poindre et l’arrivée de l’armée US semble requinquer les esprits.

Une enquête plus divertissante que passionnante, avec un certain humour, drolatique et plaisant plutôt qu’hilarant. L’ADN et compagnie, ils ne connaissaient pas, ce qui donne une thierry bourcyambiance bucolique, mais pas ringarde.

Un auteur au style fluide et charmant, sans trop de lyrisme, à mi chemin entre le roman noir et le roman conventionnel, plus proche du second que du premier.

Je relirais avec plaisir cet auteur à qui je donne sans prétention un bon 3/5.

Fiche du roman: Le gendarme scalpé de Thierry Bourcy


le gendarme scalpéAuteur: Thierry Bourcy

Titre: Le gendarme scalpé

Edition: folio policier éditions / Mars 2011 (238pages)

Quatrième de couverture: « Juillet 1918. Les Américains viennent d’arriver sur le front picard pour soutenir les poilus à bout de forces. En face, les Allemands résistent encore, mais tous sentent que la fin de la guerre approche… Le soldat Célestin Louise, inspecteur de police dans le civil, est appelé sur les lieux d’un crime horrible : un jeune gendarme a été assassiné puis scalpé dans une église. Tout accuse l’Indien du régiment américain stationné à quelques kilomètres de là. Mais Célestin n’a pas de préjugés et son instinct lui dit que le véritable coupable rôde encore. En fouillant dans le passé de la victime, il découvre qu’il a été mêlé à un cambriolage quelques années auparavant. Alors que les offensives meurtrières se poursuivent, Célestin, aidé du fidèle Germain Béraud, se retrouve aux prises avec une enquête délicate que les gendarmes français comme la Military Police aimeraient résoudre au plus vite. »

thierry bourcy

Thierry Bourcy est scénariste, et a créé le personnage de Célestin Louise qu’il entraîne dans des enquêtes faisant revivre avec force et émotion la période tragique de la guerre de 14-18. Le gendarme scalpé est le cinquième volet des Aventures de Célestin Louise, flic et soldat, publié par Nouveau Monde éditions.
Mon billet de lecture, Ce soir ou demain au plus tard.