• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 751 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 165,094 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Cher amour de Bernard Giraudeau


Titre : Cher amour

Auteur : Bernard Giraudeau

Edition : Points éditions 05/2010 (307 pages)

Quatrième de couverture : « C’est à madame T., la femme aimée, sublimée mais jamais rencontrée, que s’adressent les lettres réunies dans ce magnifique carnet de voyage. De l’Amazonie aux bordels de Manille en passant pas les planches des théâtres parisiens, Bernard Giraudeau arpente le monde et cultive son amour rêvé. Personnages légendaires et simples quidams se côtoient dans un récit poétique et cru, intime et flamboyant. »

Ce livre où se mêlent aventures et poésie, retrace des voyages de l’acteur aventurier. Il n’y a pas de structure évolutive propre au récit, il se veut comme une photographie, une multitude d’instantanés, immortalisés par une plume curieuse et engagée. L’intérêt exemplaire que porte Giraudeau sur le monde qui l’entoure (ou qui ne l’entoure pas, car il va des fois le chercher très loin), et qu’il explore, est digne du philanthrope alarmé, humaniste et précautionneux à sa manière, peut être, ou alors sans doute, conscient qu’il ne peut sauver le monde.

Le livre mériterait une deuxième lecture plus posée. Car même si elle n’est pas désagréable, a l’inconvénient d’être un peu lourde (pour moi). J’ai mis plus de trois semaines pour venir à bout de ses 300 pages.

Bernard Giraudeau est né à La Rochelle en 1947. Acteur, cinéaste, il est également l’auteur de contes et romans. Il est mort en juillet 2010, des suites d’un cancer combattu pendant 10 ans.

J’ai fini la lecture de ce livre en voiture, en allant passer le weekend chez mes parents. Rassurez vous, je n’étais pas au volant.

Publicités

Extrait de lecture #01. Cher Amour de Bernard Giraudeau


« Le spectateur est là pour vivre deux heures avec nous et partager un autre temps, une autre histoire. Notre premier souci est de faire en sorte que le voile de l’ennui ne descende jamais sur lui et qu’il n’ait à aucun moment les fesses qui le démangent. Le but finalement, au théâtre, est de respecter les fesses des spectateurs. »

Cher Amour de Bernard Giraudeau, page 130. Le Points éditions. mai 2010.

 

 

Happy Birthday (3ans, 80 000 visites)


J’oublie souvent cet anniversaire, celui de mon blog, né le 20/01/2009. Aujourd’hui, après trois années et quelques jours, ce sont 80 000 visites que je fête grâce à vous.

Ce blog est né avec un coup de gueule, étant admirateur de Yasmina Khadra, j’avais réagit à propos de lettres ouvertes interposés, entre Yasmina Khadra (visant Belkhadem le SG du FLN que j’exècre, le SG et le parti) et des cadres du dit parti qui essayaient de défendre leurs points de vues. Plus de trois ans après, le blog a pris une ligne éditoriale plus sobre, se limitant quasi exclusivement à la littérature.

Si ma sympathie pour le FLN est toujours aussi absente, j’estime que parler de bougnoules incultes ne fait guère de mes passions, la littérature m’offre plus de perspectives et de plaisir. Je suis aussi passé à côté des évènements au monde arabe, non pas que je sois indifférent à la question démocratique, mais j’estime que pour ma petite tête, cela constitue des évènements trop importants, dont je ne me permettrai qu’être un témoin silencieux et méditatif. J’avoue qu’avec mon emploi du temps, j’ai préféré m’accorder un peu de fainéantise.

Vous trouverez ici tous les livres commentés ou chroniqués (classés par nationalité de l’auteur), je n’aime pas dire critiqués, car j’estime que la critique littéraire est un monde dont j’ignore les mécanismes et les rouages, ce que je fais, je le fais en tâtonnant, plus dans un but d’apprentissage, que de critique. Voici également la liste des livres entrant dans le cadre du challenge Tour du monde.

Je continuerai donc surement toujours sur cette ligné littéraire, je m’y amuse beaucoup, j’y ai et j’y rencontre des personnes très intéressantes, certains sont devenus de très bons amis.

La notion d’échange m’est très précieuse. J’ai échangé des livres avec quelques personnes, et j’espère pouvoir le faire encore. Cela constitue un moyen de briser la censure que subissent beaucoup de livres en Algérie.

A bientôt

Alabama Song de Gilles Leroy


Auteur: Gilles Leroy

Titre: Alabama Song

Edition: MERCURE DE FRANCE éditions (23 août 2007) 189 pages

Quatrième de couverture: « Montgomery, Alabama, 1918. Quand Zelda, « Belle du Sud », rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald, sa vie prend un tournant décisif. Lui s’est juré de devenir écrivain : le succès retentissant de son premier roman lui donne raison. Le couple devient la coqueluche du Tout-New York. Mais Scott et Zelda ne sont encore que des enfants : propulsés dans le feu de la vie mondaine, ils ne tardent pas à se brûler les ailes… Gilles Leroy s’est glissé dans la peau de Zelda, au plus près de ses joies et de ses peines. Pour peindre avec une sensibilité rare le destin de celle qui, cannibalisée par son mari écrivain, dut lutter corps et âme pour exister… Mêlant avec brio éléments biographiques et imaginaires, Gilles Leroy signe ici son grand « roman américain ». »

Gilles Leroy a su conjugué des éléments biographiques du couple Scott et Zelda Fitzgerald avec le truchement imaginaire de la romance pour conter à travers la langue de sa Zelda, leur vie avec ses joies, succès et scandales ainsi que sa décrépitude et sa déconfiture.
Les spécialistes et amateurs des Fitzgerald seront surement plus conquis que moi, car moi je n’ai pas lu un seul des romans de Scott Fitzgerald, mais encore, je ne connais que peu de choses à propos de lui. Je sais qu’il fait partie de ces auteurs qu’on appelle de la génération perdue, dont a fait parti Hemingway.  D’ailleurs c’est dans un roman de ce dernier, Paris est une fête, que j’ai un peu connu cela. Mes souvenirs dans ce romans concernant Fitzgerald, c’est un voyage qu’il avait fait en compagnie d’Hemingway (à l’époque où ils vivaient à Paris) vers Lyon où ils avaient mangé un couscous à l’agneau dans un restaurant algérien.
J’ai donc appris bien des choses sur ce fameux couple des Fitz. C’est le titre du roman Alamaba song, qui m’a donné envie de lire ce roman, référence à la fameuse chanson des Doors.
Je pense que ce roman mérite d’être relu après avoir étoffé mes connaissance sur Scott et Zelda Fitzgerald et aussi après avoir lu quelques uns de ses romans, qui serait inspirés de la personnalité de Zelda.

Gilles Leroy est l’auteur notamment de Machines à sous (prix Valery Larbaud 1999), L’amant russe (2002), Grandir (2004) et Champsecret (2005).