• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 751 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 165,161 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

La femme la plus riche du Yorkshire de Fouad Laroui


Auteur: Fouad Laroui

Titre: La femme la plus riche du Yorkshire

Edition : Julliard février 2008 (162 pages)

Quatrième de couverture: « Un jeune universitaire marocain, titulaire d’une chaire d’économétrie à l’université de York, se retrouve plongé dans l’univers étrange et mouillé de la campagne anglaise. Pour échapper à l’ennui qui le guette, il décide d’effectuer une étude ethnographique du peuple anglais, se servant des méthodes utilisées par les ethnologues occidentaux quand ils étudient les peuples primitifs. Partant du principe que le pub est à l’Anglais ce que l’arbre à palabres est aux Bambaras, il y installe ses pénates et note scrupuleusement sur un petit carnet les détails de la vie quotidienne, les murs et les rites de ces curieux indigènes. De cette étude va naître une rencontre avec une terrifiante et richissime vieille dame anglaise.
Entre ces deux énergumènes que tout oppose, le choc est inévitable. Et les plongera, l’un comme l’autre, dans des situations inextricables et drôles…

En filigrane de ce roman intelligent et enlevé, une critique acerbe et désopilante de l’Angleterre, de l’ethnologie, des riches, des alcooliques, des Marocains et de la météorologie… Fouad Laroui rit de tout. Heureuse tournure d’esprit qui en fait un des écrivains contemporains les plus inventifs. »

La lecture d’Une année chez les Français m’a donné envie de lire encore cet auteur, d’où la lecture de ce roman que j’avais déjà lu précédemment.

Adam Serghini a un parcours comparable à celui de l’auteur, mais le roman n’en est pas moins une fiction. Cet Adam, donc, se retrouve au Yorkshire travaillant à l’université dans l’économétrie, et en profite pour étudier l’anglais. En ethnologue amateur, il tombe sur ce spécimen qu’il surnomme d’abord Cruella, et l’aborde en annonçant de but-en-blanc : je suis la femme la plus riche du Yorkshire!

Ce roman profite de la multitude de clichés qui abondent, tant sur les anglais, les français ainsi que les marocains, pour les détourner les tremper d’alcool dans le Blue Bell ce pub où se déroule une bonne partie du roman  et arrive en faire un texte d’une très grande originalité. De l’humour, de l’émotion et de la générosité, mais aussi ces comportements so British, qui font de cet œuvre hétéroclite un bon et grand moment de lecture.

Professeur de littérature à l université d Amsterdam, romancier, poète, journaliste et critique littéraire, Fouad Laroui a publié, entre autres, aux Éditions Julliard : Les Dents du topographe, De quel amour blessé, Méfiez-vous des parachutistes, Tu n as rien compris à Hassan II, Le Jour où Malika ne s est pas mariée (sélectionné pour le Goncourt de la nouvelle 2010), Une année chez les Français (sur la liste du prix Goncourt 2010) et, chez Robert Laffont, De l islamisme, une réfutation personnelle du totalitarisme religieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :