• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 164,145 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Bella Ciao d’Eric Holder


Auteur : Eric Holder

Titre : Bella Ciao

Edition : éditions du Seuil Aout 2009 (146 pages)

Quatrième de couverture : « Myléna en avait assez. Je n’ai pas attendu qu’elle me largue, c’est moi qui suis parti. Au bord de l’océan, pour en finir. Quand j’ai repris pied sur le rivage, j’étais dessoûlé, nu comme une bête et ne possédais plus rien. Passé un rideau de pins, on voyait des vignes. J’y ai trouvé un emploi d’ouvrier agricole. Franck ne m’a pas épargné, avec lui on ne prend guère de gants. Les mains deviennent comme des pelotes d’aiguilles. J’ai continué à boire. J’ai appris cependant à travailler sans relever la tête. Est-ce ainsi que les hommes vivent? Oui, s’il y a un espoir au bout. Le mien était de regarder mes enfants en face. Et de reconquérir ma belle. »

Le narrateur, écrivain, a quelques livres à son actif, et plusieurs années d’alcoolisme. Cependant, il n’a plus le choix, sa femme n’en pouvant plus, il prend le large. Et c’est nu, comme le précise la quatrième de couverture qui reprend pied. Au sens propre du terme.

Il ne raccroche pas pour autant, mais des changements se font. Désormais, il est ouvrier chez un viticulteur exigeant, lui, dont les mains n’ont connu jusque là que les touches de son clavier, t les cuisses nordiques de son épouse, dont il parle affectueusement à plusieurs reprises. Ce travail manuel, presque rabaissant par moment, s’avère à la fois déroutant et source de satisfaction.

Dans ce texte court, au style pur et concis, Eric Holder, explore (ou est-ce autobiographique ? t dans ce cas là, il doit bien les connaitre) les chemins tortueux et difficile de l’alcoolisme. Sans trop rentrer dans le mal être que cela peut engendrer, il montre une facette plus cérébrale de ce problème. Et plus affective. Et loin de ce qui peut être pitoyable.

L’objectif du narrateur est désormais bien clair et défini. Regagner le cœur de son épouse, et l’amour de ses enfants, et cet objectif est pris en otage par la bouteille.

J’ai beaucoup apprécié cet auteur, c’est vraiment un auteur à découvrir.

Eric Holder vit actuellement dans le Médoc. Il est passé maître dans l’art du roman bref, brillant et ciselé. On se souvient notamment de Mademoiselle Chambon, L’Homme de chevet, La Correspondante et, dernier en date, La Baïne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :