• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 421 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 159,160 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Mes auteurs favoris


    John Maxwell Coetzee
    Alain Mabanckou
    Salim Bachi
    Yasmina Khadra
    Amin Maalouf
    Amin Zaoui
    Fouad Laroui
    Malek Haddad
    George Orwell
    Leïla Marouane
  • Babelio

    Mon profil sur Babelio.com
  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Faïza, le défi de Nassima Terfaya


Faïza, le défi de Nassima Terfaya

Edition El Hikma 2002

Je considère ce premier roman de Nassima Terfaya, comme une intéressante tentative quoi qu’un peu ratée. Intéressante car le sujet est très sensible et perpétuellement d’actualité.

Faïza, le défi est l’histoire d’une jeune fille vivant dans un petit village algérien. Dès sa puberté, son père lui interdit de fréquenter l’école. Mais Faïza dont le tempérament solitaire et « bohème » qui exaspère ses parents est aussi très curieuse. Suivant les conseils d’un cousin universitaire, Faïza reprend les études par correspondance, et se voit acceptée à l’universitaire à la suite d’un concours où elle est classée première. Son père vit le faite qu’on parle de sa fille dans le village (suite à son excellent résultat dans ce concours) comme la pire des humiliations, rentre furieux à la maison pour un passage à tabac, pour elle et sa mère… La mère est gravement blessée, perd un œil. Plus tard, le père change d’avis, et autorise sa fille à rejoindre la ville pour des études supérieures.

Le style cependant souffre d’immaturité, et même d’une certaine naïveté. Vu que c’est le premier roman de l’auteur, on pourrait l’excuser. Bien que le sujet soit dramatique, la narration (avec des mots sans cesse répétés comme : reine, rêve, fascination, les étoiles…) fait plutôt penser à un conte de fée. De plus, une utilisation massive de certaines expressions « bondieusardes » (si dieu le veut, c’est la volonté de dieu…) donne aux personnages ce caractère de résignation que je déteste, et beaucoup de lourdeur au texte. Et pas que, car derrière cette résignation à la volonté divine, c’est une forme d’abdication à la connerie phallocratique. Ce n’est pas le Bon Dieu qui a crevé l’œil de la mère de Faïza, mais bel et bien son mari. Ce genre de pensée, bien présent chez beaucoup de mes concitoyennes algériennes est, selon moi, un frein (maladroit et non intentionné) pour la lutte féministe. Mais, on le sent bien, le fond du texte se veut féministe.

Le sujet m’a vraiment touché, car, comme je l’ai dit plus haut, toujours d’actualité. En effet, maintenant, alors que nous sommes en 2010, des pères interdisent à leurs filles de suivre des études. J’en connais plusieurs de ces cas, et le premier qui me vient à l’esprit et cette étudiante admise en 6ème année de médecine, que le père compte enfermer à la maison afin de lui trouver un mari.

 

Je dirai en conclusion de ce roman que c’est une tentative un peu ratée, mais louable. Plus de travail donnera plus de maturité à d’éventuels futurs textes.

5 Réponses

  1. Un sujet malheureusement encore de nos jours…
    « Et pas que, car derrière cette résignation à la volonté divine, c’est une forme d’abdication à la connerie phallocratique. Ce n’est pas le Bon Dieu qui a crevé l’œil de la mère de Faïza, mais bel et bien son mari. Ce genre de pensée, bien présent chez beaucoup de mes concitoyennes algériennes est, selon moi, un frein (maladroit et non intentionné) pour la lutte féministe. TOUT A FAIT D’ACCORD AVEC TOI, CAR MÊME UNE CROYANTE NE DOIT PAS EXCUSER LA BÊTISE PAR LA RESIGNATION A ALLAH. Mais, on le sent bien, le fond du texte se veut féministe. JE NE CROIS PAS QUE CE TEXTE SOIT INTENTIONNELLEMENT FEMINISTE.

    Excuse-moi d’utuliser les capitales, et non pas « gras » ou « ital »; mes incuries sont nombreuses en matières de Net.
    Tu ne nous dis pas l’éditeur ni la date de parution. Merci à toi

    J'aime

    • Pour l’édition c’est El Hikma, année 2002.
      J’ai pu aussi mettre la couverture (il a fallu trouvé un scanner en marche!!!)
      Merci de t’intéresser à ce que je fait, ça me fait plaisir

      J'aime

  2. J’ai lu le roman de l’auteur Nassima Terfaya, « Faiza, le défi » et je l’ai trouvé aussi un sujet d’actualité, intéressant et écris avec une extrême sensibilité. L’auteur parlais de résignation car la femme de notre société est de nature résigné et c’est ce que voulais faire ressortir l’auteur, votre critique dénote au contraire que l’auteur a vraiment réussi à faire pointer du doigt cette résignation qui est un vrai frein et handicap de nos femmes. Ce roman est pour moi à lire par toutes les femmes et même les hommes car c’est un vrai challenge qui a étudié la vie certes dramatique de la femme mais qu’il faut mettre en évidence et en parler. L’auteur est un vrai porte parole social à encourager et tout ceci sans être pour autant féministe. On attend d’autres livres de cette romancière et d’autres défis. Un bon livre que je conseille à lire.

    J'aime

  3. j’ai lu aussi ce roman et j’ai eu la chance de rencontré son auteur que j’ai trouvé a la hauteur de son roman que j’ai beaucoup aimé,d’une grande sagesse et aussi une simplicité remarquable,je crois qu’elle a un style propre a elle pour s’exprimer et du plus que ce roman traite un sujet qui a toujours existé et qui existe encore malgré l’évolution mais la mentalité rétrograde elle par contre reste présente comme une tradition qui ce succède de génération en génération malheureusement,maintenant pour les critique qui lui ont été fait,et plus précisément les expressions bondieusardes comme vous l’avez mentionnée ne voulez pas dire forcement que cela est arrivé par la volonté de dieu mais pour montré a quel point ça mère été patiente,voir même soumise mais qui c’est sacrifier et a affronté son mari dure comme il est pour soutenir ça fille,et pour les mots qui ce répété cela est utilisé par pas mal de grand auteur et ce n’est pas toujours par manque d’expérience ou de l’immaturité dans ce domaine mais juste pour insisté sur un sens ou un msg qu’elle tien a faire passé,contrairement a vous je ne voix pas du tous que c’est un roman raté bien au contraire car il montre malgré les difficulté qu’elle pue avoir elle avait un courage incroyable a les affronté et même par le départ du seul homme qui la encouragé et qu’elle fini par épousé,au final je dirai que c’est un roman qui m’a beaucoup touché et que j’ai lue avec pleins d’émotion et je souhaite vraiment voir plus de livre a Nassima Terfaya que je salue de passage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :