• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 421 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 159,160 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Mes auteurs favoris


    John Maxwell Coetzee
    Alain Mabanckou
    Salim Bachi
    Yasmina Khadra
    Amin Maalouf
    Amin Zaoui
    Fouad Laroui
    Malek Haddad
    George Orwell
    Leïla Marouane
  • Babelio

    Mon profil sur Babelio.com
  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Jules Verne – Cinq semaines en ballon


Je vous parle d’un temps, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître! Et ce n’est pas la bohème. Il s’agit seulement de la lecture en classe. J’en garde un doux souvenir du livre de lecture de cinquième année primaire de français, et l’on lisait des textes tirés de différents classiques littéraires. Dans la petite école primaire de Djbel Tounes, qui portait le nom du grand père d’une camarade de classe, nous avons lu les aventures du Dr Samuel Fergusson, de son ami Robert Dick, et de son garçon de service le petit Joe, qui tous les trois, en montgolfière (baptisée le Victoria), traversent l’Afrique  d’est en ouest. Départ l’Ile de Zanzibar. Il s’agit de Cinq semaines en ballon. Il y avait aussi l’histoire de Robinson Crusoë de Daniel Defoë, et Le livre de la jungle de Rudyard Kipling.

Je viens tout juste de relire (mais en texte intégral cette fois -eh oui, je suis un grand maintenant), Cinq semaines en ballon de Jules Verne, une lecture pleine de nostalgie et de souvenirs d’enfance. Petit, j’avais du mal à lire le mot gypaètes, ces rapaces qui ont fait un trou dans le ballon du Dr Fergusson. Depuis je me suis décidé à revoir ces classiques, et je viens de me procuré les deux tomes de Daniel Defoë.

Je me souviens que cinq et six ans plus tard, mon frère et ma sœur n’ont lu leur livre de lecture que grâce à l’obstination (salutaire) de ma mère, car en classe, ils n’ont pas ouvert une seule fois leur livre de lecture. Malheureux, oui, et je me souviens parfaitement de la réponse de la prof de français de ma sœur quand ma mère lui avait demandé la cause de cette omission de la lecture : « d’une part c’est fatigant pour moi, avait-elle dit, et d »autre part l’inspecteur m’a dit qu’il ne fallait pas trop me casser  la tête ». Et là, on se rend compte qu’une réforme du système de l’éducation était nécessaire. Cette réforme a bien été entreprise certes, mais, à mon avis, n’a pas touché les points essentiels. Le programme en soit (bien que nécessitant une mise à jour n’était pas le maître problème.  Il fallait plutôt réformer la prof de français de ma soeur, l’inspecteur de cette prof, mais aussi et surtout le ministre de l’inspecteur. Ministre depuis le début des années 90, Mr Benbouzid n’a eu depuis la prise de son poste de ministre de l’éducation nationale, qu’une seule idée lumineuse, celle de scolariser ses enfants à l’étranger. Sinon, pour éviter de se casser trop la tête, le ministre aurait pu limiter sa réforme qu’au nom de son ministère. Celui-ci devrait s’appeler désormais ministère de l’abrutissement national. Well done Mr Minister (…ironie, bien sûr)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :