• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 195 381 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Quand le sida est une mystification autour de l’africain! (humour)


Juillet 2009, à Alger, festival panafricain ! Mon oncle Ahmed, incorrigible farceur, en assistant à une conférence littéraire où il s’agissait de discuter d’un problème pointilleux pour l’Afrique, à savoir le sida. Le mot « sida » comme vous devez sûrement le savoir, est un acronyme pour Syndrome d’Immuno Déficience Acquise. Sur ce sujet, beaucoup a été sur ce sujet, notamment, la corruption, la mauvaise gestion des ressources humaines et financières, la dictature… les problèmes africains sont avant tout liés à l’homme.  Et là, l’oncle Ahmed, toujours dans sa manière de lutter humoristiquement et non moins sérieusement contre les mouvances radicales islamistes, leur parle d’un autre syndrome, tout aussi grave et qui est le Sidaa !

Donc, le sidaa. Pourquoi un deuxième a ? Il s’agirait là, du syndrome interdisant le développement de l’amour africain !!

Le bonheur est dans le salon de coiffure


Qu’est ce que le bonheur en fin de compte ? Pour certains c’est l’amour, pour d’autres l’argent, alors que certains se suffisent d’un chouia de tranquillité, de douce quiétude…

Je pense à ça après avoir accompagné mon père chez le coiffeur, dans notre pauvre ville d’El Kala. Le coiffeur en  question, gros bonhomme, courtaud sur ses jambes, le ventre se déversant par-dessus sa ceinture. Il parle calmement, donne des conseils sur comment mon père devrait couper ses cheveux, critique calmement la société d’hyperconsommation qui l’entoure en ces journées estivales caniculaires, la qualité des touristes et la manie des jeunes adolescents d’exiger des coupes de cheveux aussi insolites  qu’un poil de cul chez un bébé. Ses énormes joues se rejoignent en un double menton tremblant comme de la gélatine quand il rit. L’homme est âgé de 73ans. Sur son diplôme jauni par les années et la poussière, on peut lire qu’il est présumé né en 1931. Il parle avec nostalgie du temps où il allait à Tunis avec femme et enfants, le dernier desquels vient de trouver un poste de travail à la société d’électricité. La Sonelgaz. Avant de trouver ce poste de travail, et après avoir fait des études d’ingénieur, il a travaillé durant plusieurs années comme coiffeur avec son père, dont il est une copie plus jeune, les cheveux encore noir et le front moins dégarni.

A 73 ans, le monsieur dit se délecter du fait de pouvoir travailler encore, en remercie Dieu, et profite chaque jour qui passe, du bonheur de vivre tranquillement, de travailler ses maigres et suffisantes heures, de faire la petite sieste qui sied aux personnes de  son âge.

Dans le salon de coiffure, un vieux monsieur, le visage ridé comme un ancien parchemin cents fois froissé, rit tendrement aux blagues du coiffeur, le taquine en lui demandant de lui faire la coupe de cheveux d’un danseur de tecktonik.

Les palabres de Oum Mohammad


Widad Loutah

Serait-elle une sorte de Brigitte Lahaie façon burka ?  Elle s’appelle Widad Al Loutah et on l’appelle Oum Mohammad, elle est Emiratie et sexologue! (elle n’a pas fait des films comme Brigitte Lahaie- Hamdoulah) Eh oui, ça existe !! Elle défraie la chronique dans tout le monde arabe, et suscite des réactions jusqu’en occident. Dans  son livre intitulé Sirri lighaya qui veut dire très privé, elle évoque des cas de femmes qui ignorant les règles de la sexualité en islam, et en fait en quelque sortes un manuel du sexe islamique. Ses positions sont claires et sans équivoques. La sodomie, c’est péché ; la fellation Halal ! À propos de la masturbation, elle énumère les dangers que celle-ci peut engendrer. Là, elle manque cruellement de rationalité, touche le ridicule. D’après cette femme qui porte le niqab (à mon avis surtout pour garder un semblant d’anonymat physique), la masturbation chez les filles causerait baisse de la vue, poitrine tombante, maux d’estomac, indigestion, douleurs au niveau des genoux, sentiment d’épuisement… Pas très convaincant comme argumentation !

Lors de son passage à la télévision, sur la chaine Al Aan, elle relate un de ces cas qui lui ont donnés l’idée d’écrire son bouquin. L’histoire d’une femme d’une certaine culture, et qui refusait la fellation à son mari, celui-ci après un ultimatum de 48 heures demanda le divorce. Et là, l’imminente comme certains la nomment, défend ce mari ! Dans un autre cas, elle raconte le cas d’une femme qui laissait son mari pratiquer la sodomie, et là, elle donne la faute à la femme.

Pour ma part, loin de m’autoproclamer expert, je pense, et je suis d’accord avec un certain Malek Chebel, Islamologue algérien, et qui a fait un travail énorme sur l’érotisme et la sexualité dans la culture arabo-persane (lire Le Kama Sutra Arabe*), donc en islam en quelque sortes, et qui dit que dans la pratique de la sexualité tout est acceptable (Halal en quelques sortes), du moment où les deux personnes du couple (l’homme et la femme de manière égale) sont d’accords pour le faire. Ce qui défendu c’est la force et la violence. Il ne faut jamais forcer son partenaire à faire quelque chose dont il n’a pas envie. Jugement qui à mon avis est plus acceptable, beaucoup plus rationnel que les arguments d’Oum Mohammad.

Le Kama Sutra Arabe. édition Pauvert 22€.