• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 748 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 164,119 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Point Zero du 24/02/2009 par The Chawki Amari


amariPoint Zero du 24/02/2009 par The Chawki Amari

Officiellement 17 millions d’électeurs en 2004, 18 en 2009, avec la «correction» de 1 ou 2 millions d’électeurs «déplacés», selon le ministre Zerhouni. Ce qui voudrait dire que depuis 5 ans, le corps électoral n’a pas bougé, ce qui veut encore dire qu’entre temps, les enfants n’ont pas grandi pour atteindre l’âge de voter. Non, puisque en fait, le nombre d’électeurs n’est toujours pas connu et diffère sans cesse, Zerhouni lui-même l’estimant à 18 ou 19 millions, sans plus de précisions. Comment peut-on donner le chiffre du chômage avec autant d’exactitude (11,8%, selon le dernier rapport de l’ONS de la semaine dernière) et ne pas connaître le nombre d’Algérien(ne)s en âge de voter ? D’autant que d’autres sources, indépendantes annoncent un chômage de 35%. C’est un mystère et une autre question. Ce que l’on sait par contre, puisque ces chiffres sont officiels, c’est qu’au dépôt des dossiers de candidatures, le (re)conducator Bouteflika a déjà collecté 4 millions de signatures de citoyens. Alors qu’il en avait collecté 1,5 million en 2004. Ci-après, un petit calcul d’épicier, puisque la grande distribution, à l’image de Carrefour, a quitté précipitamment le pays : sachant que le (re)conducator a obtenu 85% des voix avec 1,5 million de signatures d’avance, à combien va-t-il être élu en sachant qu’il a déjà 4 millions de signatures ? Logiquement, trois fois plus, c’est à- dire que le président va être réélu avec 255% des voix, soit un score qui dépasse la Corée du Nord et la Tunisie réunies. Bref, pendant que l’on compte, le Président se prépare à être élu pendant que la grande congrégation des mafieux calcule combien, sur les nouveaux 200 milliards de dollars qui vont être mis sur la table, vont-ils empocher. Là, ça vaut vraiment le coup de compter. Car, d’après tous les biologistes, officiels ou indépendants, dans un corps électoral, il y a autant de ventres.

Literary secret story!!


khadra-makineJ’avais appris cela dans un entretient publié par l’éditeur algérien (Sédia) de Yasmina Khadra. Il avait parlé lors de cet entretient de deux romans avec des pseudonymes (autres que Yasmina Khadra) l’un ayant fait un flop, l’autre succès, dont les ventes auraient battues celles de tous ses livres réunis (à ce moment là nous sommes en 2007).

Le Figaro, le journal français de droite, a révélé aujourd’hui dans un article la liste de plusieurs auteurs à succès, ayant écrit et publié des romans sous d’autres pseudonymes. Le flop de Yasmina Khadra s’appelle Frenchy et est signé Benjamin Cros chez Fayard septembre 2004. Quand je dis flop ce n’est pas une critique péjorative, je reprends seulement les mots de l’auteur dans son entretien, et ceux du journaliste du Figaro (il aurait été vendu à seulement 460 exemplaires). Pour ma part je pensais à Grande vacance signé Renné Bonnel chez Flammarion et qui fut adapté par Alexandre Arcady au cinéma sous le titre de Là bas… mon pays et sur lequel j’ai déjà parlé dans un autre article.

Pour info c’est le même Alexandre Arcady qui va adapter au cinéma Ce que le jour doit à la nuit, le dernier Yasmina Khadra.

Dans le même article on apprend que sous le pseudonyme de Gabriel Osmonde qui maintenait un mystère sur son identité, se cache Andrei Makine. Je ne le connais pas personnellement. Faut dire que dans les librairies algériennes la littérature importée est très limitée. Ce que je sais de lui c’est qu’il a eu le prix Goncourt 1995 et Médicis pour le roman Le Testament Français.

Nos amis les animaux


Course de coqs

Un bon gros paysan a acheté un tout nouveau coq, trouvant le sien trop vieux pour « satisfaire » toutes ses poules. Alors quand le jeune coq arrive dans la basse-cour, le vieux coq vient le trouver et lui dit : « Salut jeunot, voilà tu sais que j’approche de la fin, alors si tu veux, tu pourrais me laisser quelques poules,… » Le jeune coq stupéfié, lui répond : « Ah non ! Tu as fait ton temps pépé, maintenant c’est mon tour, je prends toutes les poules…. Mais le vieux coq, malin, lui demande « Alors je te propose une course: le premier arrivé à la clôture, là-bas aura toutes les poules mais tu me laisses quand même 1 mètre d’avance, ok ?? » Le jeune coq, costaud, en pleine forme, comparé au vieux coq, qui a du mal à se tenir sur ses pattes, répond « OK, papy, pas de problème, eh… Eh…eh »…. Le jeune coq est persuadé de ne faire qu’une bouchée du vieux !! La course commence…. Le paysan voit son jeune coq courir après le vieux coq, s’empresse de saisir son fusil, et mitraille le jeune coq en gueulant: « Putain, ça fait le 5ème coq que j’achète, c’est le 5ème coq pédé! »

Le petit chaperon rouge

Le petit chaperon rouge va voir sa grand-mère quand, tout à coup, elle aperçoit le grand méchant loup tapi derrière un buisson.

-.Oh ! Comme vous avez de grands yeux, lui dit-elle. Et le loup s’enfuit sans demander son reste…

Un peu plus loin sur son chemin, le petit chaperon rouge voit le même loup caché derrière un arbre :

– Oh ! Comme vous avez de grandes oreilles, lui dit-elle. Et le loup de s’enfuit à nouveau.

Un peu intriguée par ce comportement, le petit chaperon rouge poursuit néanmoins son chemin.

Au bout de 2 km, elle revoit le loup, caché cette fois derrière une borne kilométrique.

– Oh ! Comme vous avez de grandes dents, lui dit-elle. Alors le loup se met à hurler :

– Mais tu vas me laisser chier tranquille, oui ?!

Lapin…et jungle

Un petit lapin court dans la jungle quand il aperçoit une girafe en train de se rouler un pétard. Le lapin s’arrête et dit à la girafe : « Girafe, mon amie, ne fume pas ce pétard et viens plutôt courir avec moi pour garder la forme.  » La girafe réfléchit une minute et décide de jeter son pétard pour suivre le lapin.

Ils courent à présent ensemble, lorsqu’ils voient un éléphant qui s’apprête à sniffer une ligne de coke. Le lapin s’approche de l’éléphant et lui dit :

« Ami éléphant, arrête de sniffer de la coke et viens courir avec nous pour maintenir ta forme. « 

Ni une, ni deux, l’éléphant balance son miroir et sa paille et suit les deux autres. En route, les trois animaux rencontrent un lion prêt à s’injecter de l’héroïne. Et le lapin : » Lion, compagnon, ne te pique plus. Viens plutôt courir avec nous. Tu vas voir que ça fait du bien. « 

Le lion s’approche du lapin et lui colle une si énorme baffe que le lapin s’en retrouve complètement assommé. Les autres animaux, choqués, se révoltent contre le lion.  » Pourquoi as-tu fait ça ? Ce lapin ne cherchait qu’à nous aider. « 

Et le lion répond :  » Ce connard m’oblige toujours a courir comme un tare dans la jungle a chaque fois qu’il prend de l’ecstasy. « 

citation de la semaine!


A force d’obstination, le lilliputien qui ne voulait pas être considéré comme les trois quarts d’un homme, l’est devenu à deux cents pour cent.naamloos11

la cuisine façon Obama


obama cuisinierP eut-on connaître un homme à ce qu’il mange ? On n’associe pourtant pas spécialement un président américain à la nourriture – bien que George Bush reste connu pour un bretzel resté coincé dans sa gorge, Bill Clinton pour être un amateur de junk-food. Plus médiatisée que jamais, la dernière campagne présidentielle ne nous a épargné aucun détail, nous en apprenant beaucoup plus sur les goûts du 44e président américain, qui, candidat, a dû se plier à toutes les sollicitations des journalistes, y compris dans le domaine culinaire. On a ainsi pu voir Obama préparer pour ses filles des toasts au fromage ou des sandwiches au thon, à la mayonnaise et à la moutarde. Avoir un physique de végétarien n’empêche pas d’être propriétaire d’une cave d’un millier de bouteilles, et les nombreux voyages de forger des goûts éclectiques. Parmi les adresses préférées d’Obama à Chicago, on trouve des restos italiens, un snack de hamburgers hawaïens ou encore un restaurant chic mexicain, où il a l’habitude de déguster une soupe aztèque. Si Obama est sans doute plus ouvert sur le monde que les présidents précédents en termes de cuisine – avant de rencontrer sa femme, il a appris à cuisiner indien avec son colocataire, et il connaît bien aussi la cuisine asiatique et hawaïenne –, il reste avant tout très représentatif des goûts américains. Il apprécie particulièrement le chili con carne, qu’il aime préparer lui-même, ainsi que les pâtes. Et si Barack déclare ne pas aimer la bouffe anglaise, il n’hésite pas à engloutir le matin de 4 à 6 œufs avec des toasts et du bacon. “We’re a bacon family !” confirme Michelle Obama. Voici une recette d’Obama – peu raffinée, mais américanissime – qui, selon lui, “nettoie les sinus”…

Chili con carne à la Barack
Ingrédients : 1 gros oignon émincé, 1 poivron vert émincé, 3 gousses d’ail émincées, 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive, 400 g de viande hachée (bœuf ou dinde) 1 pincée de cumin en poudre, 1 pincée d’origan, 1 pincée de curcuma, 1 pincée de basilic frais haché, 1 cuillerée à soupe de chili en poudre, 3 cuillerées à soupe de vinaigre de vin rouge, 600 g de tomates, 450 g de haricots rouges en boîte, sel, sour cream (ou de la crème épaisse et quelques gouttes de jus de citron), cheddar.
Préparation : Dans une sauteuse, faire revenir dans l’huile d’olive l’oignon, l’ail et le poivron jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Ajouter la viande et la faire revenir jusqu’à coloration. Saler et ajouter les épices. Faire revenir une minute, puis ajouter le vinaigre de vin et laisser évaporer. Ajouter les tomates et cuire pendant 20 minutes. Ajouter les haricots et laisser mijoter encore 10 minutes. Pendant ce temps, cuire du riz blanc ou brun. Servir le chili sur le riz en parsemant de cheddar râpé et avec un peu de sour cream.
Hubert Heyrendt, La Libre Belgique (extraits), Bruxelles
Article paru dans Courrier international (N°952)

Je n’ai pas essayé cette recette cependant, je ne vous conseille pas de manger façon Obama tous les jours. Cependant aussi, je ne suis pas sûr que le vrai régime de la famille Obama soit ainsi, il s’agissait –je pense- de se montrer avant tout américain jusqu’aux fins fonds des placards de la cuisine. Car le régime culinaire américain (et ils seront les premiers à l’affirmer) est tout sauf diététique. D’ailleurs nombre d’américaine jalousent leurs amies (?) transatlantique Frenchy, pour leur cuisine délicieuse (je confirme), et leurs lignes.
Mais ce qui me frappe le plus, c’est cette mauvaise habitude qu’on les personnalités dites People (et dernièrement politiques et c’est le plus malheureux à mon avis) de s’ouvrir sans retenue, de montrer leur intimité la plus profonde (parfois). Je citerai comme exemple Maria Carey, qui faut voir quand elle prépare ses interviews, et qui met 30minutes pour décider quelle jambe mettre sous l’autre, de quel coté mettre sa mèche… etc.
Barack Obama, dont j’admire le parcourt m’a déçu sur ce point aussi. Je trouve navrant, même si cela fait partie des préceptes de communications actuelles, de se prêter à un jeu du genre ces stars du Rap qui s’exhibent, exhibent leur fortune colossal, fiers de le faire, alors que dans le même pays (n’allons pas très loin), des gens crèvent faute d’assurance maladie. Je vous invite à voir Sick0 de Michael Moore. Vraiment c’est une honte.
Certes beaucoup de gens sont friands des vies de stars, et personnalités connues de tout genre, ce n’est pas une raison pour jouer avec cela. Rappelons-nous une minute ce que cela a causé à certaines personnes du type Lady Di… Je pense que certains penseurs devraient mettre au point un code éthique, pour éviter ces déconvenues honteuses. Je vous laisse méditer sur cela.

 

 

PS: excusez la médiocrité des effets speciaux!!