• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 455 autres abonnés

  • Blog Stats

    • 127,096 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Mes auteurs favoris


    John Maxwell Coetzee
    Alain Mabanckou
    Salim Bachi
    Yasmina Khadra
    Amin Maalouf
    Amin Zaoui
    Fouad Laroui
    Malek Haddad
    George Orwell
    Leïla Marouane
  • Babelio

    Mon profil sur Babelio.com
  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

La servante du seigneur de Jean-Louis Fournier


la servante du seigneurTitre: La servante du seigneur

Auteur: Jean-Louis Fournier

Edition: Stock (160pages)

Date: 21/08/2013

ISBN: 978-2234075368

Quatrième de couverture: "Ma fille était belle, ma fille était intelligente, ma fille était drôle… 
Mais elle a rencontré Monseigneur. Il a des bottines qui brillent et des oreilles pointues comme Belzébuth. Il lui a fait rencontrer Jésus. Depuis, ma fille n’est plus la même. 
Elle veut être sainte. 
Rose comme un bonbon, bleue comme le ciel."

 Fidèle à sa manière de voir et de présenter les choses, Jean-Louis Fournier partage avec nous, une nouvelle fois, un pan de sa vie personnelle. Il s’agit ici de la relation qu’il a eu, et qu’il a avec sa fille. Celle ci, après avoir fait montre de dons et d’ambitions artistiques, s’est détournée de ce chemin pour se "cloîtrer" ou suivre un chemin plus droit, celui de Dieu.
Comme à chaque fois avec le sieur Fournier, les chapitres sont très courts, et le nombre de pages très limités. L’humour les partagent avec l’émotion des choses personnelles et graves. Qu’a-t-il à partager ainsi les détails intimes de sa vie peut on se demander? Le droit surtout, et il ne s’en prive pas, pour le plus grand bonheur de ses nombreux lecteurs qui comme moi, ne se délectent pas des déboires le touchant,  mais plutôt admiratifs de sa manière de voir avec philosophie et vie ce que le seigneur (ou le diable, ce dernier n’habite-t-il pas son ventre depuis qu’il est tout petit?) érige  sur son chemin.
La relation père fille qu’il conte ici n’est pas un long fleuve tranquille, mais présente ce truc indéfectible, quasi sacré et "sanguin" qui fait que ça ne rompt jamais complètement.

Fournier_Jean-Louis_0Jean-Louis Fournier est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels, chez Stock, Où on va, papa ? (prix Femina 2008), Poète et paysan et Veuf.

Fiche du roman : La servante du seigneur de Jean-Louis Fournier


la servante du seigneurTitre: La servante du seigneur

Auteur: Jean-Louis Fournier

Edition: Stock (160pages)

Date: 21/08/2013

ISBN: 978-2234075368

Quatrième de couverture: "Ma fille était belle, ma fille était intelligente, ma fille était drôle… 
Mais elle a rencontré Monseigneur. Il a des bottines qui brillent et des oreilles pointues comme Belzébuth. Il lui a fait rencontrer Jésus. Depuis, ma fille n’est plus la même. 
Elle veut être sainte. 
Rose comme un bonbon, bleue comme le ciel."

 

 

Fournier_Jean-Louis_0Jean-Louis Fournier est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels, chez Stock, Où on va, papa ? (prix Femina 2008), Poète et paysan et Veuf.

Il a jamais tué personne,mon papa de Jean-Louis Fournier


Auteur : Jean-Louis Fournier

Titre : Il a tué personne, mon papa

Edition : Le livre de poche, avril 2009 (160pages)

Quatrième de couverture : "Il était docteur, le papa de Jean-Louis Fournier. Un drôle de docteur qui s’habillait comme un clochard, faisait ses visites en pantoufles et bien souvent ne demandait pas d’argent. Ses patients lui offraient un verre.

Il n’était pas méchant, seulement un peu fou quand il avait trop bu ; il disait alors qu’il allait tuer sa femme. Un jour il est mort : il avait quarante-trois ans.
Longtemps après, son fils se souvient. à petites touches, en instantanés, il trace le portrait de ce personnage étonnant, tragique et drôle à la fois. Il a appris, en devenant grand, l’indulgence. Et qu’il ne faut pas trop en vouloir à ceux qui, plus fragiles, choisissent de « mauvais » moyens pour supporter l’insupportable.
Il en résulte un livre drôle et poignant qui a bouleversé des dizaines de milliers de lecteurs."

 

C’est le deuxième Fournier que je lis. Après son fameux Où on va, papa ? Récompensé par le Prix Médicis 2008. Séduit par le style de ce dernier, je me suis lancé dans cette petite lecture.

Ce livre est écrit sur le même mode que l’autre. Une succession de tranches de vie et d’anecdotes. Et si c’est le père qui s’exprime dans Où on va, papa ? Ici, c’est Jean-Louis Fournier enfant qui s’exprime. La narration exprime les sentiments, le regard et les émotions du petit enfant Fournier, fils d’un docteur et alcoolique. Moi-même fils de docteur, j’ai par moment, eu l’impression de revivre certains épisodes de mon enfance. Et c’est avec ce regard innocent, d’un petit Fournier haut comme trois pommes et frêle, craignant décevoir son papa, et ayant des fois peur de lui, qu’il lui fait une sorte de procès atypique, le faisant des fois s’assoir sur le banc des accusés, et d’autres fois jouant à l’avocat dévoué.

On ressent quelques reproches, mais aussi de l’admiration et de la fierté, et on referme le livre après une lecture drôle et agréable, finalement sans rancune. Ben oui, pourquoi lui en vouloir. Il a jamais tué personne [son] papa.

J’aurais voulu mettre un extrait, mais je n’ai su lequel choisir. Je n’ai pas de passage préféré. Tout le livre est mon passage préféré.

Auteur de nombreux livres à succès, dont Il a jamais tué personne, mon papa et Grammaire française et impertinente, Jean-Louis Fournier a obtenu le prix Femina pour son dernier ouvrage, Où on va, papa ?.

Lu également du même auteur, et commenté:

Où on va, papa?

 

Où on va,papa? de Jean-Louis Fournier


Auteur : Jean-Louis Fournier

Titre : Où on va, papa ?

Edition : Stock 2008

Quatrième de couverture : "Jusqu à ce jour, je n ai jamais parlé de mes deux garçons. Pourquoi ? J avais honte ? Peur qu on me plaigne ?

Tout cela un peu mélangé. Je crois, surtout, que c était pour échapper à la question terrible : « Qu est-ce qu ils font ? »

Aujourd’hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j ai décidé de leur écrire un livre.
Pour qu on ne les oublie pas, qu il ne reste pas d eux seulement une photo sur une carte d invalidité. Peut-être pour dire mes remords. Je n ai pas été un très bon père. Souvent, je ne les supportais pas. Avec eux, il fallait une patience d ange, et je ne suis pas un ange.

Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler d eux avec le sourire. Ils m ont fait rire avec leurs bêtises, et pas toujours involontairement.
Grâce à eux, j ai eu des avantages sur les parents d enfants normaux. Je n ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle. Nous n avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu ils feraient plus tard, on a su rapidement ce que ce serait : rien.
Et surtout, pendant de nombreuses années, j ai bénéficié d une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j ai pu rouler dans des grosses voitures américaines."

 

J’ai découvert cet auteur, il y a quelques semaines, lors de son passage au journal télévisé de 13H de France2. Il intervenait en réaction à une actualité dramatique, où un père de famille a, par désespoir, tué son enfant handicapé avant de se donner la mort. Jean-Louis Fournier comme j’ai eu à l’apprendre dans le livre, en a eu deux, lui.

Avec Où on va, papa ? Jean-Louis Fournier partage à la fois avec cruauté (presque !), humour noir et tendresse, sa vie de père d’enfants handicapés. A la question de la journaliste : « Avez-vous songé à faire comme ce père », la réponse positive, précédée d’un petit rire est loin d’être l’avis le plus choquant. Choquant certes, mais compréhensible, à la lecture du livre, où on trouve beaucoup plus hard que ça, et franchement, la manière dans laquelle c’est fait, on le comprend.

En effet, tout père de famille, et d’enfants handicapé surtout, est avant tout un être humain avec ses faiblesses, et est tout sauf un saint.

Moi-même, j’ai dans mon entourage indirect, deux personnes handicapées, auxquels il m’arrive épisodiquement d’être amené à m’occuper, ou du moins y participer. C’est une non –interruption d’imprévus, de surprises (rarement bonnes) auxquels il n’y a pas de miracle. C’est presque horrible, mais on s’en occupe, et c’est ainsi.

Où on va, papa ? Un livre à lire par tous. C’est un aboutissement d’une longue et éprouvante réflexion qu’a dû subir l’auteur, mais dont le résultat, dans une succession  de tranches de vie et d’anecdotes drôles et dramatiques, est beau et poignant. A la fin de la lecture, on a envie de chercher l’auteur, et lui faire un câlin.

Jean-Louis Fournier est l auteur de nombreux succès depuis 1992 (Grammaire française et impertinente), Il a jamais tué personne mon papa (1999), Les mots des riches, les mots des pauvres (2004), Mon dernier cheveu noir (2006). Autant de livres où il a pu s entraîner à exercer son humour noir et tendre. Où on va, papa est peut-être son livre le plus désespérément drôle.

Lu également du même auteur, et commenté:

Il a jamais tué personne, mon papa

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 455 autres abonnés