• Lecture du moment

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Joignez-vous à 456 followers

  • Blog Stats

    • 123,150 Visiteurs
  • Catégories

  • Pages

  • Mes auteurs favoris


    John Maxwell Coetzee
    Alain Mabanckou
    Salim Bachi
    Yasmina Khadra
    Amin Maalouf
    Amin Zaoui
    Fouad Laroui
    Malek Haddad
    George Orwell
    Leïla Marouane
  • Babelio

    Mon profil sur Babelio.com
  • Compteur

  • GOLDEN BLOG ELECTION

Un Parfum d’absinthe de Hamid Grine


Auteur :Hamid Grine

Titre :Un Parfum d’absinthe

Edition : Editions Alpha (Alger) 2010, 234 pages.

Quatrième de couverture : "Voilà une fiction qui, dans la trame d’une histoire de famille "ordinaire", nous livre, de manière critique et lucide, une peinture de la société algérienne avec ses éclats de lumière et ses recoins les plus sombres. Hamid Grine, l’auteur, y anime un narrateur omniscient qie la père du père mène sur les traces d’Albert Camus et dans les sinuosités de la question identitaire. Métaphores sociales, politiques et amoureuses s’entremêlent, dans un style coucu main, pour donner un roman de notre époque ; une invite, de la part de l’auteur, à ce que chacun s’y reconnaisse".

 

J’ai beaucoup aimé ce livre, dont le sujet, ayant jusqu’à maintenant entraîné des débats non dénués de passion, à savoir la position de Camus pendant la guerre d’Algérie. Il y avait là un bon filon à exploiter, et ça a donné un bon roman. Hamid Grine a su rendre, je trouve, un bon hommage à cet écrivain amoureux de l’Algérie, choisissant notamment des phrases extraites de ses œuvres, soulignant son érudition, et surtout donnant un plaisir immense, qui nous invite à lire et à relire Camus.

Le brave Nabil, personnage principal et narrateur, professeur de français de son état, se retrouve embarqué à la mort de son père, dans une histoire qu’il trouve lui même rocambolesque, à savoir qu’il serait le fils caché d’Albert Camus avec une maitresse algérienne (arabe). En effet, Camus grand coureur de jupon,  vit comme tout français de son époque, ne se mêlant pas ni aux arabes, ni aux kabyles, mais il déplore quand même l’inégalité dans ils sont victimes.Tout en faisant son enquête, dans le déroulement est un peu trop facile, Nabil se plaint, et peint un sombre tableau d’une "Algiraie*" de la corruption, des passes-droits et de l’inculture. Tableau pessimiste donc, mais entrecoupé de petits flashs d’optimisme plutôt mesurés.

Hamid Grine raconte aussi Alger. Il raconte Alger avec amour et nostalgie, ainsi que le même opti-pessimisme, où une multitude d’intellectuels se livrent une haine aussi réciproque qu’improductive.

On ne s’ennuie pas dans cette lecture, mais parfois, l’auteur s’attarde à raconter l’histoire de ses personnages au lieu de la leur faire vivre, s’empressant à les présenter d’un coup, au lieu de le faire au fur et à mesure. Ce dernier détail est surtout remarqué au début de l’ouvrage, début ou introduction qui en devient un peu trop longue.

Je conseille beaucoup ce livre, aux amoureux de Camus en particulier, qui le dévoreront à coup sûr avec beaucoup de plaisir.

Je profite de ce billet pour saluer l’auteur, Hamid Grine avec qui j’ai passé un moment sympathique (trop bref), lors de la vente dédicace dans la librairie Médiaplus à Constantine le 17 décembre dernier.

*) Depuis la qualification de l’équipe nationale de football en coupe du monde, la majorité des supporters ayant un accent très cassé en français, prononçaient mal le mot Algérie dans leurs chansons, et ça a donné L’Algiraie. ;)

Lu également du même auteur, et commenté :

Il ne fera pas long feu

Il ne fera pas long feu – Hamid Grine


Hamid Grine – Il ne fera pas long feu

Edition Alpha.

Hamid Grine fera-t-il long feu ? On ne sait pas encore, mais ce que l’on sait, c’est qu’il n’a pas brillé, ou du moins a-t-il seulement brillé par son absence le 22juin dernier au CCF d’Annaba où il était attendu pour une rencontre-débat, qui fut finalement annulé, pas à la dernière minute certes, mais annulé quand-même. Cela m’aura au moins donné l’occasion de le lire.

J’avais souvent lu dans la presse nationale des articles dithyrambiques à l’égard de son œuvre, et ce, à chaque nouvelle parution, mais je ne m’étais pas donné l’occasion d’en découvrir. Je l’avais sans raison classé dans la catégorie des auteurs difficile à lire, comme Boualem Sansal et un peu Salim Bachi, et dont la lecture, même agréable s’avère difficile sans un peu d’effort de concentration. J’ai mis aussi dans cette catégorie Rachid Boudjedra et Kateb Yacine, dont je ne cesse de reporter la lecture.

Après avoir lu Il ne fera pas long feu, et dès les premières pages, j’ai rayé Hamid Grine de cette catégorie des durs-à-lire.

Journaliste avant d’être romancier, Hamid Grine explique dans cet ouvrage les rouages de fonctionnement d’une certaine catégorie de presse, presse à scandale, et les agissements dépourvus d’éthique d’un directeur de journal. Ce directeur de presse nommé Hassoud, personnage principal, ne possède à part une fortune colossale, aucune éthique, et vers la fin du livre, on s’en rend compte, aucun sens de la réalité.

Fausses enquêtes, chantage, intimidations et calomnies sont les mécanismes qui permettent de s’attirer la manne publicitaire, cette vache laitière indispensable au fonctionnement du journal qui porte le nom ironique de « L’Espoir ». « L’Espoir fait vivre » aime à répéter Hassoud dans un accès de fou rire, trouvant qu’il un sens de l’humour surdéveloppé.

L’histoire dont l’intrigue est assez banale, se passe sur un fond où se mêlent trafic d’influence, manipulation, sexe et un semblant de sorcellerie. Tout cela monte très haut dans la tête minuscule de Hassoud (au sens propre), qui manipulé par une simple promesse –sans aucune garantie- d’un chèque à longue succession de zéros ainsi qu’un éventuel portefeuille ministériel, se trouve coincé dans une situation judiciaire inextricable, dont il n’arrive pas à mesurer la portée.

C’est exactement ce détail qui m’a fortement déplu dans cet ouvrage. La facilité avec laquelle Hassoud est manipulé, et l’inconscience totale de celui-ci du merdier dans lequel il s’est fourré. Sinon, le style est pas mal accrocheur, et rempli d’humour. Si seulement l’intrigue avait été plus travaillée !

Lu également du même auteur, et commenté:

Un Parfum d’absinthe

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 456 followers